24 février 2015

Cool Ghouls - A Swirling Fire Burning Through The Rye (2014)

La sortie en 2013 du premier album homonyme des Cool Ghouls avait été saluée, ici même en ces colonnes, comme l'une des meilleurs sorties de cette année là.
Il faut dire que le cocktail réjouissant proposé par les californiens valaient le détour. On saluait à l'époque cette volonté manifeste de ne pas sombrer dans le revivalisme et d'offrir une relecture résolument moderne de leurs influences 50s et 60s.
C'est la raison pour laquelle lorsqu'on a posé pour la première fois A Swirling Fire Burning Through The Rye sur la platine, on a été quelque peu surpris : on a ici affaire à un authentique disque revival sixties.
Mais que l'on se rassure, les Cool Ghouls savent toujours y faire pour écrire de merveilleuses mélodies et torcher de belles pépites à en faire pâlir de jalousie la concurrence, pourtant nombreuse.
Avec ce disque les Cool Ghouls nous offre un voyage dans le temps, un retour en 1966-1967 période charnière s'il en est.
Harmonies vocales, guitares tour à tour jangly ou acides, rien ne manque à ce A Swirling Fire Burning Through The Rye pour que l'immersion soit totale.
"And It Grows" tout en changement de rythme, d'abord porté par quelques accords de guitares entraînants avant que le groupe ne passe en mode lancinant, est une parfaite entrée en matière. "The Mile" voit les Cool Ghouls payer leur dû aux Byrds tandis que "What A Dream I Had" sonne comme du Beatles période Revolver joué au ralenti et traversé de guitares plus heavy. Magique.
Ce qui frappe le plus c'est d'ailleurs la qualité de la section rythmique, qui porte et transcende les morceaux, offrant une réelle assise au groupe, permettant ensuite toutes les fantaisies comme ce "Orange Light" léger, primesautier et indispensable. "Insight" conclue la face A sur une note plus psychédélique, combinaison parfaite ente mélodie chatoyante et boucles de guitare hypnotique, un titre agrémenté de quelques notes de saxo annonçant un final plus acide.
La Face B n'est pas en reste, reprenant là où on en était resté avec "Get A Feelin'", avant de donner dans le clinquant avec un "Accross The River" aux allures de single en puissance. "Reelin'" plus mid-tempo, offre une respiration bienvenue avant "New Moon" le morceau de bravoure du disque. 6 minutes de pop psyché, exercice délicat s'il en est,  mais parfaitement maîtrisé.
Le disque s'achève avec "Sweet Rain" sur une note plus country.

A Swirling Fire Burning Through The Rye est un disque brillant, tout simplement parce que les Cool Ghouls arrive à retranscrire l'ambiance des disques de leurs aînés sans que l'on tombe dans le pastiche. La qualité de leur interprétation, la fulgurance des guitares qui n'a d'égal que la maîtrise dont fait preuve la section rythmique, font des Cool Ghouls un des groupes les plus passionnants à suivre.

Frank


Audio et vidéo :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire