3 juin 2014

Woods - With Light And With Love (2014)

Depuis At Echo Lake qui a marqué à la fois l'apogée et le chant du cygne de leur période lo-fi, les Woods n'ont sorti que des excellents albums.
Sun And Shade (2011) et Bend Beyond (2012) ont ainsi installé le duo composé de Jeremy Earlet Jarvis Taveniere comme un groupe incontournable de ces dernières années, offrant des disques à la qualité irréprochable tout en réussissant à marier sensibilité pop et sonorités plus expérimentales. En gros, les Woods sont capables de ratisser large, de plaire au plus grand nombre sans que l'on puisse un seul instant leur reprocher un quelconque opportunisme ou de vouloir sonner commercial.
Et ce With Light And With Love ne risque pas de changer la donne.

La face A est assez révélatrice de l'immense talent des Woods. On y retrouve ses accents folk qui avaient illuminés Sun And Shade sur "Shepherd" finalement assez proche de ce que peut proposer leur ex-compère Kevin Morby tandis que "Shining" s'inscrit dans la droite ligne de Bend Beyond, celle d'une pop élégante et dynamique.
Puis arrive ce morceau-titre, "With Light And With Love", pièce montée d'un peu plus de neuf minutes, comme seul le duo est capable de proposer, un titre fourmillant d'idées, de changements de rythmes et de breaks bienvenus, sans que jamais le groupe ne relâche la pression. Un titre épique que le groupe enchaîne avec un "Moving To The Left" tout aussi consistant (5'22"). Du bien bel ouvrage.

Sur la face B, les Woods retrouvent une certaine forme de classicisme, avec des pistes au format plus conventionnel (à l'exception des quatre minutes de "Full Moon"). Le résultat n'en demeure pas moins tout aussi remarquable. Entre un "New Light" majestueux, le raffinement d'un "Leaves Like Glass", ce "Full Moon" qui semble faire écho au All Things Must Pass de George Harrison, ou le précieux "Feather Man", les Woods enquillent les perles avec une facilité déconcertante.

Quant on met bout à bout leurs quatre derniers disques, on ne comprend toujours pas comment le groupe peut être si peu médiatisé. Les Woods sont pourtant en train de bâtir une discographie qui n'a que peu d'égal à l'heure actuelle, dans un genre où il apparaît pourtant difficile de prime abord de surprendre.

Frank

PS : A noter que Tim Presley (White Fence) vient poser sa guitare sur "Shepherd" et "Full Moon" tandis que Jonathan Rado (Foxygen) tient les claviers sur plusieurs titres.

Tracklisting :
1.Shepherd
2.Shining
3.With Light And With Love
4.Moving To The Left
5.New Light
6.Leaves Like Glass
7.Twin Steps
8.Full Moon
9.Only The Lonely
10.Feather Man

Audio et vidéo :







Aucun commentaire:

Publier un commentaire