20 octobre 2016

Qualité Made In France - Acte XVII (Montreuil, comptoir et grande oreilles...)

Gommard - Live in MonStreuil (2016)

Gommard. LE Gommard...
Pour les plus experts d'entre vous, il évoquera irrémédiablement le nom du chien d'un des musiciens. Pour les plus mélomanes (et éventuellement alcooliques), il évoquera des soirées inoubliables dans des bars comme le Chinois, le Café des Sports, l'Armony, le Comedia... où la scène montreuilloise faisait ses armes et défendait chèrement son territoire (face aux fermetures administratives et pressions diverses...).
Les 6 comparses ne sont pas inconnus de nos services: des informateurs bien placés, certains ayant déjà des cheveux blancs, suivent leurs faits et gestes depuis longtemps. Concerts dans des bars, des squats... De véritables "serial players" comme disent certains. Tendance "rhytm'n blues et rock'n'roll qui auraient plu à des punks" si vous voyez ce que je veux dire, ils n'ont d'ailleurs pas peur de faire des reprises de pépites oubliées.
Voyez le tableau: Kik (chant, harmonica), Eric (batterie), Bob (basse), et le trio Maxime-Pierrot-Bruno pour le braquage guitaristique! Se sachant recherchés par nos plus fins limiers, ils ont tardé à sortir un disque, mais ont fini par  enregistrer cet album en 2 sessions live à l'Armony en janvier dernier. La pochette sérigraphiée est magnifique... et s'échange sous le manteau pour des sommes faramineuses d'après nos indic'.
Au programme parmi les 10 titres, de belles reprises aussi bien en anglais qu'en français: "Teenage Head" (Flamin Groovies), "Preachin' the blues" (R. Johnson / Gun Club / Solead Brothers), "Les révoltés du bloc G" (OTH)... mais aussi des titres plus personnels avec "Les Zomatoufaire" ou encore "Y a du baston dans la taule" (un véritable hymne à lui tout seul!). Ce dernier titre rappellera également des mauvais souvenirs aux plus anciens d'entre nous, notamment la 1ère page du "Parisien" d'avril 1986: "Montreuil: 200 punks attaquent la police"...
Ne pouvant terminer mon exposé sur une note aussi négative pour nos services, je vous rappelle que ce disque est une valeur sûre sur le marché noir de la galette vinyle, "un petit bijou brut de contrebande" aux dires des locaux. Donc, priorité absolue lors de vos prochains contrôles chez les disquaires parisiens!




PS: L'auteur de ces lignes est aussi membre du label associatif "Mauvaise Foi Rds" (en co-production avec le Gommard pour ce live), vous voilà donc informé(e) et aucun manque de transparence ne pourra ainsi nous être reproché. Notez quand même que vous pouvez accéder à notre page de doléances/recours administratifs en faisant un clic gauche sur votre barre d'adresse, puis en appuyant sur "alt"+"F4".


Johnny Montreuil - Narvalo City Rockerz (2015)

Il n'y a que la banlieue montreuilloise pour permettre l'alchimie nécessaire à l'émergence de Johnny Montreuil!
Les 5 membres du groupe ne sont pas des minots nés de la dernière pluie, plutôt des canailles rappelant l'époque où les épithètes "prolo", "manouche", "rital", "gadjé", "marlou" roulaient sur le pavé, entre les lèvres d'une population hétéroclite et fière de son travail ouvrier.
Ces gars-là ont vu du pays, vécu 100 combats et galères, écouté et dansé sur 1000 choses. Rien que sur l'étiquette, le mélange était de bonne augure: guitare électrique (Rön), harmonica (Kik), contre-basse (Johnny), mandoline/violon (Géronimo), piano et batterie (Tatou). Le français est largement teinté d'argot, d'arabe...
Imaginez, écoutez, ces 8 pistes qui s'entrecoupent dans des styles différents: ballade nocturne ("Oh Liège"), complainte ("Le cœur qui saigne"), revendication d'une forme de résistance et de liberté (le countrysant "Devant l'usine", "Par les toits"), ou encore clin d’œil goguenard moderne à l'alcoolisme (les hoquets de "Bois de l'eau") ou aux poinçonneurs (la perle de "Wesh leur-leur"). Tout ça pour donner une identité incroyable à cet album, témoignage supplémentaire d'une diversité que d'autres préfèrent ignorer. Sur ce disque, les 5 comparses de Johnny Montreuil sont bons, très bons même... Et puis, on a aussi une certaine idée de leur travail "en famille" avec les invités tels que Gigi Pantin ("Bois de l'eau"), Rachid Taha ("L'amour aux balcons")...
Dernière chose à noter, la "spéciale dédicace" de cet album est pour Schultz (le fameux boss de la Clinik du Dr Schultz, le membre de Parabellum, des Tontons flingueurs et bien d'autres...) disparu en 2014 et auquel la scène montreuilloise continue de rendre un hommage vivant, légitime et appuyé.
Bref, ce n'est plus de "l'échantillon de la scène locale" pour journaleux là, mon bon m'sieur! C'est du concentré de bars, de l’élixir du meilleur pinard, de la 1ère pression de ricard! Bon. Autrement, c'est pas tout ça mais il boit quoi le monsieur?



John The Revelator

2 commentaires:

  1. Salut, merci Pour les deux belles chroniques,le gommard je vais le prendre Sous peu. Est ce que le johnny montreuil est dispo quelque-part En Vinyle, c'est tres sympa l 'ambience qu' il y a l' air d'avoir sur l' album? Merci!

    RépondreSupprimer
  2. Le "shop" de leur site (http://johnnymontreuil.com/) est encore en construction malheureusement. On a chopé le disque lors d'un concert (il faut vraiment les voir en live!). P-e qu'un petit message sur Facebook te permettra d'en trouver un exemplaire dans un disquaire près de chez toi.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...