15 avril 2012

The Shins - Port Of Morrow (2012)

Cinq ans se sont écoulés depuis la sortie de Wincing The Night Away. Une éternité dans le monde de la musique. Et l'attente fut à la mesure du talent de la bande à James Mercer : très (trop) longue. Il faut dire que le groupe a à son actif, un très bon album (l'inaugural Oh Inverted World), un chef d'oeuvre (Chutes Too Narrow) et un bon album même s'il reste le moins bon des trois (Wincing The Night Away).
Durant cette période James Mercer s'est acoquiné avec Danger Mouse au sein de Broken Bells. L'association n'est pas anodine et a un réel impact sur les compositions de Port Of Morrow truffées de sonorités électroniques, plus diffuses sur les enregistrements précédents du groupe, omniprésentes ici ("Rifle's Spiral" ; "Simple Song").
Mais peut on encore parler de The Shins comme d'un groupe ? La liste des ex-membres s'est encore allongé avec les départs de Dave Hernandez, Martin Crandall et Jesse Sandoval. On serait plus à même de parler d'un disque d'un James Mercer Band que de The Shins.
Et c'est là où le bât blesse sur ce nouvel album : à aucun moment on ne retrouve la magie des pistes d'un Chutes Too Narrow maître-étalon auquel toute la discographie du groupe sera vouée à être mesurée.
Pire sur ce nouvel opus, James Mercer fait preuve d'un lyrisme, d'une grandiloquence et d'une emphase qu'on ne lui connaissait pas. Et ça c'est beaucoup plus gênant.
L'écoute de la première moitié du disque devient très vite assez insupportable avec une production signée Greg Kurstin (et James Mercer) calibrée pour inonder les ondes FM. Oui James Mercer est un excellent chanteur. A-t-il pour autant besoin d'user de si grosses ficelles pour faire passer ses émotions ? Quel besoin de faire des pistes comme "Rifle's Spiral", "Simple Song", "It's Only Life" ou "Bait And Switch" de véritables pièces-montées dégoulinantes de chantilly ?
Où est passé le compositeur fin et racé qui nous avait tant émerveillé sur ses productions antérieures ? Et pourtant en grattant bien, tout est là ! L'écriture, la voix, la mélodie, l'orchestration... simplement tout ici est too much. On a l'impression persistante et malgré plusieurs écoutes, qu'épurées ces compositions auraient été excellentes. L'exemple de "Simple Plan" est assez éloquent, si le lyrisme de la première moitié du morceau est finalement, à force d'écoutes, assez bienvenu, que penser de sa seconde moitié qui laisse l'impression que les effets ne sont présents que pour masquer le fait que Mercer ne savait comment conclure son morceau ? Le contraste avec "Phantom Limb" par exemple sur le précédent album est saisissant.
D'ailleurs il suffit de faire un tour sur la toile et d'écouter ces mêmes morceaux en live pour tomber des nues : la beauté de ces compositions n'a d'égale que la (relative) simplicité de leur exécution...

Heureusement après ce départ, le bucolique "September" qui tranche avec les pistes qui le précède nous ramène dans des territoires connus, nous fait espérer si ce n'est une fin réussi au moins une fin d'album plus digne de l'immense talent (on se répète) de James Mercer.
L'efficace "No Way Down", le simple "For A Fool" (très orchestré mais sans surenchère) et surtout l'excellence de ce "Fall Of '82" drapé dans des atours beatlesiens période Abbey Road y contribuent largement.
"40 Mark Strasse" et surtout "Port Of Morrow" ronronnent, The Shins faisant le job et nous ramène à une triste réalité : le The Shins que l'on a connu n'est plus. Certains crieront "Le Roi Est Mort, Vive le Roi" (Pitchfork ?), nous on préfèrera porter le deuil et se replonger dans Chutes of Narrow, avec une lueur d'espoir néanmoins : le talent est là, reste qu'on aurait préféré qu'il s'exprime différemment.

Frank

Tracklisting :
01. The Rifle's Spiral
02. Simple Song
03. It's Only Life
04. Bait And Switch
05. September
06. No Way Down
07. For A Fool
08. Fall Of '82
09. 40 Mark Strasse
10. Port Of Morrow

En écoute ici :
http://grooveshark.com/#!/album/Port+Of+Morrow/7426738

Quelques vidéos :
"It's Only Life" version studio

et en live ...


"Simple Song" version studio

et en live...


"Fall of '82"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire