15 décembre 2011

Henry's Funeral Shoe, l'interview !

Après quatre semaines de tournée pour défendre leur nouvel album Donkey Jacket, les Henry's Funeral Shoe sont de retour chez eux au Pays de Galles. L'occasion était belle de prendre contact avec le groupe. On remercie Aled et Brennig d'avoir accepté de répondre à nos questions.

Pour les puristes l'interview en anglais:
RawPowerMag' : First of all, could you introduce yourself for our readers ?
Aled Clifford : Aled & Brennig clifford . Aled plays guitar and sings. Brennig plays drums and percussion.

RawPowerMag' : Henry's Funeral Shoe.....seriously, what does it mean ?
Aled Clifford : Its a long story. Its based on a black comedy I was trying to write about an 80yr old man called Tom. Tom and his wife had been married since their late teen and never been apart. While 80yr old tom was in hospital his wife had an affair with the postman. When tom found out, he was heartbroken. He killed his wife and buried her in the garden. He went to all his wife's friends houses and hid their one of their best shoes, because everyone wears their best shoes to a funeral. When Toms wife was found dead her friends had no time to go shoe buy new ones and they all had to attend the funeral with one good shoe. Hence, Henrys Funeral Shoe.

RawPowerMag' : What are the bands that inspired you ? How did you get to the blues ?
Aled Clifford : Blues music is the most important music of the last 100 years. Its, jazz, pop, rock n roll, garage. Anything, and still sounds fresh. There's so many bands that inspired us. For Bren, he's a Who fanatic. For me, its Peter Greens Fleetwood mac, Little Feat, The Band, CCR, The Allman Bros. I got into the blues when I seen the film Crossroads. All my friends were into Stevie Vai's playing but the sound of Ry Cooders guitar gave me goose bumps and it went from there.

RawPowerMag' : Is it hard to play with his own brother ? Sure, it may be comfortable...but aren't you afraid about the Gallaghers' syndrome ?
Aled Clifford : There have been more Kinks moments than Gallagher. But from all the bands I've been in this feels the most natural. We love it.

RawPowerMag' : It seems that "Donkey Jacket" has given to you the opportunity to unbridle yourself...How can you explain the evolution between your two LPs ?
Aled Clifford : As a two peace we're always getting compared to the Black Keys or White stripes but, it was never our intention to be a duo. Our goal was to write some songs and record them with other people. Yet, when we started jamming we found we didn't need them & that's why we remained a duo. Plus, we've both been in bands with other people and there was never enough commitment. We're both 100% behind this. So, with this album we wanted it to be more eclectic, to show that we're nothing like those bands, we're HFS. We have our own style and way of doing things. We may listen to the same people as those bands but we don't sound like them. The Walking Crawl is a guitar loop with a hip hop beat. Anvil & Chains is a hard boogie with mandolin & Across the sky has piano and as close to a balled as there can be. We couldn't sound more different. People can put any of our albums on and instantly know its us. We have our own sound. The evolution was a natural one and we haven't alienated our audience, they've embraced it and we've gained a bigger fanbase. Job done.

RawPowerMag' : How can you describe the Jim Diamond's mix ? What's the gain to your sound ?
Aled Clifford : Jims mixes took the album to another level. It made it sound like an album rather than a collection of songs. It has a real vibe to it. And its LOUD.

RawPowerMag' : About the "Donkey Jacket" 's features...You have choosen John 'Ned' Edwards, well known for his work with Van Morrison...How did you get to this collaboration ? And what about Pete Hurley, from Lone Star ?
Aled Clifford : Ned taught me guitar for a while when I was around 15. He introduced me to some amazing music and showed me all the open tunings for guitar. When I sit next to him I know I'm in the presence of an amazing musician. He played harp for Bo Diddley too for a while. Started out as the van driver then ended up playing harp. I go to his house and he plays me music all night. He plays banjo, mandolin, piano, fiddle, drums and beautiful harp. He's got that touch and feel. Not flash, just perfect. Listening to his stories of playing with Dr john and Solomon Burke is wonderful. I could talk about him and the stories on all day.
Pete & Ned we're both in a band together called the Red Hot Poker's who have backed Gregg Allman, & jerry lee lewis and eventually went on to be Vans backing band for a few albums. It was an obvious choice. We'd have liked more bass on the album but it was important to keep it true to our sound.

RawPowerMag' : The presence of Justin Beynon from Broken Vinyle Club is quite surprising...Their music is pretty different from yours. How did it happen and what did he bring to you ?
Aled Clifford : I've known justin for almost 10years. I used to be in a band with him and the drummer Meirion of BVC for about 6 years. Scott the singer was in another band and we'd do gigs together all over the country travelling in one big van. It was a blast. Me & justin used to write songs then go to his house, drink some whiskey and compare them. Across the sky and heart on fire we're both written a while back. They just needed to be brought to life using other musicians. I'd have loved string on across the sky but we didn't have the budget.

RawPowerMag' : By the way, these guests are all Welsh...You know that Alive Records' bands often play together : Reverend James leg with Cut In The Hil gang, Left Lane Cruiser or Buffalo Killers...Can we imagine your collaboration with some of them ?
Aled Clifford : We've done some gigs with James, he's a top man. Really nice guy. Would be nice to work with any of those guys.

RawPowerMag' : What's the next step ? What are your dreams when you think about Henry's Funeral Shoe ?
Aled Clifford : We're desperately trying to get more festivals here in the UK. The dream is to take this as far as possible. I think we've got a great new album and a strong live set. We'd love the oportunity to develop further.

RawPowerMag' :What's your opinion about downloading music ? Good for fame, bad for sales ?
Aled Clifford : Its a great idea to sample music and discover new music. The problem is its human nature to get greedy. Its killing it. There was a survey between 12 to 25yr old and the majority thought music should be free. Which is fine, but how can you turn do music full time. Not everyone wants to be a millionaire but its hard to do it full time and make a living. Going on the road is where its at but its impossible to stay on the road. It'll kill you.

RawPowerMag' : Vinyl is back : sales are increasing, it's more than a fashion, don't you think ?
Aled Clifford : It certainly is. And everthing looks and sounds better on that format. We have friends who have record shops in Holland & France and vinyl is paying their rent.
In wales we have the world oldest record shop.

RawPowerMag' : Thanks a lot for this interview. Hope to see you soon in France !
Aled Clifford : Thank you for asking us to do this. We really appreciate it.


RAWPOWERMAG' : D'abord, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
ALED CLIFFORD : Aled & Brennig Clifford . J'assure la guitare et le chant tandis que Brenning est à la batterie et aux percussions.

RAWPOWERMAG' : Henry's Funeral Shoe.....sérieusement, qu'est ce que ça veut dire ?
ALED CLIFFORD : C'est une longue histoire. C'est basé sur une comédie plutôt noire que j'essayais d'écrire à propos d'un type âgé de 80 ans nommé Tom. Tom et sa femme étaient mariés depuis la fin de leur adolescence, sans jamais se quitter. Pendant que Tom était à l'hôpital, sa femme a eu une liaison avec le postier. Quand Tom l'a découvert, ça lui a brisé le cœur. Il a tué sa femme et l'a enterrée dans le jardin. Il s'est rendu ensuite chez tous les amis de sa femme et a pris à chacun juste une chaussure de leur plus belle paire.
Quand on a découvert le cadavre de la femme de Tom, ses amis n'avaient plus le temps de racheter de nouvelles paires et ils se sont tous rendus à ses funérailles en portant une seule belle chaussure. Ainsi donc...Henrys Funeral Shoe.

RAWPOWERMAG' : Quels sont les groupes qui vous ont inspirés? Comment en êtes vous venus au blues?
ALED CLIFFORD : le blues est la musique la plus importante de ces 100 dernières années. On le retrouve dans le jazz, la pop, le rock n roll, ou le garage. On le trouve partout, et ça sonne toujours aussi bien. Il y a tant de groupes qui nous ont inspirés. Bren est un fanatique des Who. Pour moi, c'est le Peter Green de Fleetwood mac, Little Feat, The Band, CCR, The Allman Bros. Je suis venu au blues après avoir vu le film Crossroads. Tous mes potes voulaient jouer comme Stevie Vai mais le son de la guitare de Ry Cooder me donnait la chair de poule et c'est parti de là.

RAWPOWERMAG' : Est-ce dur de jouer avec son propre frère ? Bien sûr, par certains cotés ça peut être plus facile...mais n'avez-vous pas peur du syndrome Gallagher ?
ALED CLIFFORD : On a eu plus de moments Kinks que de moments Gallagher. Mais de tous les groupes dont j'ai fait parti, c'est dans celui-là que je me sens le mieux. On aime ça.

RAWPOWERMAG' : "Donkey Jacket" semble vous avoir donné l'opportunité de vous lâcher...Comment expliquez-vous l'évolution entre les deux LPs ?
ALED CLIFFORD : Etant deux, on nous compare toujours aux Black Keys ou aux White Stripes mais ça n'a jamais été notre intention d'être un duo. On voulait juste écrire des chansons et les enregistrer avec d'autres personnes. Pourtant, quand on a commencé à jouer, on s'est aperçu qu'on avait pas besoin d'eux et c'est pourquoi on est resté un duo. En plus, on a tous les deux fait partie de groupes avec d'autres personnes qui manquaient de motivation. On est tous les deux à 100% engagés dans le groupe. Donc, on voulait que cet album soit plus éclectique afin de montrer qu'on a rien à voir avec ces groupes, on est HFS. On a notre propre style et notre propre manière de faire les choses. Même si on écoute les mêmes choses que ces groupes, on ne sonne pas comme eux. "The Walking Crawl" repose sur une boucle de guitare avec un beat hip hop. "Anvil & Chains" est un hard boogie avec de la mandoline, et "Across the sky" avec son piano sonne quasiment comme une ballade. On ne pourrait pas sonner plus différemment. N'importe qui peut écouter notre album et nous reconnaître immédiatement. On a notre propre son. L'évolution a été naturelle et ne s'est pas faite au dépend de nos fans, ils l'ont complètement acceptée et on a maintenant un public plus large. On a fait le job.

RAWPOWERMAG' : Comment décririez-vous le mix de Jim Diamond ? Qu'apporte-t il à votre son ?
ALED CLIFFORD : Le mix de Jim a propulsé l'album à un autre niveau. Il l'a vraiment fait sonner comme un album et pas comme une suite de chansons. Il y a un vrai feeling . Et c'est puissant.

RAWPOWERMAG' : A propos des participations à "Donkey Jacket" ..Vous avez choisi John 'Ned' Edwards, bien connu pour son travail avec Van Morrison...comment en êtes vous arrivé à cette collaboration ? Et qu'en est-il de Pete Hurley, de Lone Star ?
ALED CLIFFORD : Ned m'a appris la guitare quand j'avais à peu près 15 ans. Il m'a fait découvrir des musiques fabuleuses et m'a montré tous les open tuning pour la guitare. Quand je m'assieds à coté de lui, je sais que je suis en présence d'un musicien extraordinaire. Il a joué de l'harmonica pour Bo Diddley aussi pendant un temps. Il a commencé comme chauffeur et a fini par jouer de l'harmonica. Je vais chez lui et il joue toute la nuit. Il joue du banjo, de la mandoline, du piano, du violon, de la batterie et magnifiquement de l'harmonica. Il a ce touché et ce feeling. Ce n'est jamais flashy, c'est juste parfait. L'écouter raconter ses histoires du temps où il jouait avec Dr John et Solomon Burke, c'est juste merveilleux. Je pourrais parler de lui et de ses histoires sans jamais m'arrêter.
Pete et Ned étaient ensemble dans un groupe nommé Red Hot Poker's qui a joué pour Greg Allman, & Jerry Lee Lewis, et qui a finalement joué avec Van Morrison pour quelques albums. C'était un choix évident. On aurait voulu plus de basse sur l'album mais c'était important qu'on garde notre véritable son.

RAWPOWERMAG' : Le présence de Justin Beynon des Broken Vinyle Club est assez surprenante...leur musique est assez différente de la votre. Comment en est-il venu à travailler avec vous?
ALED CLIFFORD : Je connais Justin depuis 10 ans. J'étais dans un groupe avec lui et le batteur Meirion de BVC pendant 6 ans. Scott, le chanteur, était dans un autre groupe et on faisait des concerts dans tout le pays en voyageant dans un seul grand van. C'était terrible. Avec Justin, on avait l'habitude d'écrire des chansons puis d'aller jouer chez lui en buvant du whiskey. "Across the sky" et "heart on fire" ont été composées il y a un bail. Elles avaient juste besoin d'être révélées en étant jouées par d'autres musiciens. J'aurais adoré ajouter des cordes à "Across the sky" mais on avait pas le budget.

RAWPOWERMAG' : D'ailleurs, tous ces invités sont gallois...Vous savez que les groupes d'Alive Records jouent souvent ensemble : Reverend James Leg avec Cut In The Hil Gang, Left Lane Cruiser ou Buffalo Killers...Pouvez-vous imaginer une collaboration avec l'un d'entre eux?
ALED CLIFFORD : On a fait des concerts avec James, c'est un gars bien. Vraiment un type sympa. Ce serait bien de bosser avec n'importe lequel de ces gars.

RAWPOWERMAG' : Quelle est la prochaine étape? Quels sont vos rêves pour Henry's Funeral Shoe ?
ALED CLIFFORD : On essaie désespérément de faire plus de festivals au Royaume-Uni. Le rêve c'est d'emmener le groupe le plus haut possible. Je pense qu'on a un super nouvel album et qu'on assure en concert. On aimerait avoir l'opportunité d'avancer encore.

RAWPOWERMAG' : Quelle est votre opinion sur le téléchargement de musique? Bon pour la gloire, mauvais pour les ventes ?
ALED CLIFFORD : C'est une super idée de copier de la musique et de la faire découvrir. Le problème est que c'est dans la nature humaine d'en vouloir toujours plus. C'est en train de tuer le truc. Il y a eu un sondage des 12-25 ans et la majorité d'entre eux pense que la musique devrait être gratuite. C'est très bien, mais comment faire de la musique à plein temps dans ces conditions ? On ne veut pas tous être millionnaires, mais c'est dur d'en faire à plein temps et d'arriver à en vivre. Aller sur la route c'est la seule solution qui reste, mais on ne peut pas rester sur la route tout le temps. On finirait par en crever.

RAWPOWERMAG' : Le vinyle est de retour : les ventes augmentent, on a dépassé le stade de la simple mode, non?
ALED CLIFFORD : C'est sûr. Tout est plus classe et sonne mieux sur ce format. On a des amis qui tiennent des magasins de disque en Hollande et en France, et le vinyle paye leur loyer.
D'ailleurs, au Pays de Galles, on a le plus vieux magasin de disque!

RAWPOWERMAG' : Merci d'avoir accepté cette interview. On espère vous voir très bientôt en France.
ALED CLIFFORD : Merci à vous de nous avoir contacté. Nous avons vraiment apprécié.


Les Henry's Funeral Shoe sur RawPowerMag' :
- la chronique de Everything For Sale (2009)
- compte-rendu du concert à La Péniche (2010)
- la chronique de Donkey Jacket (2011)

5 commentaires:

  1. Bien ouèj ! c'est leur première itw française non? en tout cas ça fait bien plaisir ;)

  2. Merci. Je sais pas si c'est leur première itw française mais on avait vraiment envie de la faire. C'est un groupe qu'on apprécie particulièrement.


  3. merki franky ! la v.o., c'est bien cool aussi :°)

  4. Merci pour cette interview très intéressante