20 décembre 2011

Girls - Father Son Holy Ghost (2011)

Duo californien composé de Christopher Owens et Chet "JR" White, Girls fait partie de ces groupes dont on attendait beaucoup. Il faut dire qu'après un premier album assez remarquable malgré quelques longueurs (Album en 2009) et un EP flamboyant sorti l'an passé (Broken Dreams Club), tous les rêves étaient permis.
Disons le d'emblée on est pas déçu. Car avec ce Father, Son, Holy Ghost les Girls ont frappé fort. Un double album, sous la forme d'un double vinyle l'un noir l'autre blanc, composé de onze titres, sans aucun remplissage, d'une grande variété et surtout d'une éclatante qualité.
Le premier disque est saisissant. "Honey Bunny" d'entrée montre un groupe qui a troqué les sonorités bruitistes qui émaillaient leurs premiers disques pour une pop enivrante, d'une grande pureté, impression confirmée ensuite avec l'excellent "Alex". Ces deux titres doivent beaucoup dans leur construction comme dans leur exécution à la scène pop anglaise 80's, que les Girls s'approprient ici avec bonheur (Felt influence revendiquée de Owens).
Toujours prêt à surprendre, les Girls prennent le contre-pied parfait de ces deux titres avec "Die" morceau épique aux guitares heavy, à l'intro presque stoner, recyclant au passage l'espace de quinze secondes "Highway Star" de Deep Purple (à 1'34) avant de s'achever de façon plus planante, presque bucolique. Un morceau limite outrancier qui devrait en déconcerter plus d'un... Le temps de changer la face et le groupe repart de plus belle avec le délicat "Saying I Love You" très belle bluette jouant remarquablement sur la répétition de ses paroles et bénéficiant d'un jeu de guitare jangly à souhait. Mais le meilleur arrive avec "My Ma" splendide morceau à faire arracher une larme au plus insensible d'entre nous, le meilleur morceau que n'aura jamais écrit The Thrills et sur lequel le timbre de voix d'Owen fait des merveilles. La face B se conclue comme la A sur un nouveau morceau épique, "Vomit" morceau limite pompier aux allures de fusée à plusieurs étages, s'ouvrant comme un morceau de Pink Floyd période The Wall avant de se vautrer dans des eaux shoegaze puis de retrouver des accents enjoués par la grâce de choeurs qui ne lésinent pas sur la surenchère ! Un morceau à la frontière entre bon et mauvais goût mais qui fait la démonstration du talent d'écriture du groupe, et surtout d'un Owens qui se révèle être un remarquable chanteur.
Paradoxalement, le second disque donne l'illusion (fausse) d'être moins bonne. La raison en est simple, on y trouve pas de "Die" ou de "Vomit" qui venaient, malgré leurs défauts, rompre le rythme et relancer la machine. Mais ne nous y trompons pas, le niveau est d'égale qualité ! Surtout que le groupe y offre de pures merveilles à l'image de "Just A Song" aux arpèges délicats, "Jamie Marie" ou le sautillant "Magic" et n'exclue pas de sortir des sentiers battus sur "Forgiveness" même s'il s'avère être le moins bon morceau du disque.
A ce petit jeu, même quand les Girls s'essayent au doo-wop le résultat est quasi irréprochable ("Love Like A River").

Ce disque est un des rares de l'année qui rassemble les suffrages que ce soit dans la presse écrite ou la blogosphère, même si on trouvera toujours des esprits grincheux pour trouver ce disque ennuyeux. Le concert de louanges entourant cette nouvelle livraison des Girls est amplement mérité. Ambitieux dans sa forme (le format du double album ayant plombé plus d'un artiste), finement ciselé, varié, ce Father, Son, Holy Ghost est une vraie bouffée d'oxygène dans le monde de l'indie pop et assurément un des disques de l'année.

Frank

(http://www.myspace.com/girls)


Tracklisting :
01- Honey Bunny
02- Alex
03- Die
04- Saying I Love You
05- My Ma
06- Vomit
07- Just A Song
08- Magic
09- Forgiveness
10- Love Like A River
11- Jamie Marie

En écoute ici :
http://grooveshark.com/#/album/Father+Son+Holy+Ghost+Amazon+MP3+Exclusive+/6957076

Vidéos :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire