4 décembre 2011

Crane Angels - Le Sylphide De Brighton (2011)

Les bordelais de Crane Angels ne font apparemment pas les choses à moitié, et la démesure ne semble pas les effrayer le moins du monde : 13 hommes et femmes certains plus connus que d'autres (on y retrouve des membres comme Botibol, Petit Fantôme ou d'autres issus de JC Satan) réunis autour d'un projet commun, celui d'une pop pastorale, orchestrale fatalement, emplie d'envolées vocales et de choeurs cristallins à faire passer Fleet Foxes ou Arcade Fire pour des groupes minimalistes...
Ca s'époumone, ça part parfois dans tous les sens, comme si les américains de The Polyphonic Spree choisissaient de rendre hommage à leurs compatriotes des Beach Boys période Surf's Up ou Holland ! Mais pas seulement car les membres des Crâne Angels ont décidé de mettre l'ensemble de leurs influences dans un grand chaudron et d'en ressortir des pistes qui se parent ici d'un peu de shoegaze (les atours de "Messenger"), là de rock anglais ("Easy Take") ou encore de musique californienne ou de folk ("Morning Sun").
Avec une section rythmique assez présente, parfois pesante même (l'intro de "In The Snow" ; le pont de "Five Years" avant que le morceau ne prenne des allures de MGMT-like), aux antipodes de ce que l'on trouve habituellement sur ce genre de productions, certaines compositions voient leur potentiel épique décuplées. Les premières écoutes déroutent, on ne sait pas trop si l'on aime ou pas, on a presque peur de se faire avoir un peu facilement... Et puis le charme opère, on se laisse gagner par ces envolées lyriques, ces compositions faussement naïves presque candide aussi.

Et ce bien que l'on est une nette préférence pour les quatre premières pistes. Après la formule tend à s'essouffler, à moins que ce ne soit nous qui ayons besoin de souffler ?
On éprouve aucun déplaisir, le remarquable travail mélodique continue de faire son effet mais le style très démonstratif (sans jamais sonner "pompier", à l'exception de "Attila" un peu too much) tend à nous éprouver quelque peu malgré quelques belles réussites ("Give Me Time"). On conseillera donc plutôt de picorer au sein de cet album que de l'écouter d'une traite au risque de se lasser très vite. Au vu de la qualité de certaines des pistes ici rassemblées cela serait dommage.
Un disque certes imparfait mais ô combien charmant et intrigant.

Frank

Tracklisting :
01. Messenger
02. In the Snow
03. Morning Sun
04. Five Years
05. Attila
06. Looking For
07. The World
08. Queen of the Night
09. Give me Time
10. Cranes

En écoute intégrale :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire