7 juin 2011

Compte-rendu Cosmic Trip 2011 (2/2)

Quelques heures de sommeil bien méritées ont permis de recharger les accus. C'est donc en (presque) pleine possession de nos moyens qu'on attaque cette deuxième journée à Bourges.
Un samedi après-midi farniente, passez à errer dans les rues de Bourges et à déguster une bonne bière en terrasse. On a donc il faut bien le reconnaître zappé les prestations de Chicken Diamond qui remettait le couvert (à 13h !!!) et du Massey Ferguson Memorial...
On pensait se rattraper avec les prometteurs Towerbrown malheureusement le set a été gâché par le volume sonore insoutenable qui n'a réussi qu'à nous faire fuir (et accessoirement nous faire se replier vers la buvette...). Vraiment dommage pour ce groupe qui ne méritait pas pareil traitement. D'ailleurs on a toujours pas compris ce qui s'est passé surtout qu'au même endroit Reverend Beat Man le même jour et Chicken Diamond la veille n'ont pas rencontré le moindre souci. Tiens d'ailleurs pour la peine on en reparle bientôt suite à la parution de leur premier EP.
Afin d'occuper les deux heures qui nous séparent de l'ouverture officielle du festival, direction le city stade pour un match de foot entre festivaliers qui restera comme un des instants les plus rock and roll du w-e. Il faut dire que le match s'est déroulé pour partie sous des trombes d'eau, dans une ambiance de fin du monde. Cela n'a pas empêché de passer un agréable moment.

Bon, retour aux choses sérieuses.

Ce sont les excellents Rivals qui ouvrent le bal. Energiques et efficaces, les musiciens ont assuré et offert un excellent set. Leur prestation fut l'exact contraire de celle des Sheetah la veille : balance parfaite et un chanteur audible. D'ailleurs il semble bien que globalement les groupes du 2e jour ont bénéficié d'un meilleur environnement sonore que la veille ce qui nous amène à relativiser la prestation des lillois la veille.
Pour en revenir aux Rivals, groupe que l'on a l'occasion de voir régulièrement sur Paris, ils semblent s'affiner et se bonifier au gré de leurs prestations. Plus qu'encourageant pour la suite.

video


Puis ce sont aux Vicars de monter sur scène. Jouissant d'une excellente réputation notamment grâce à un album ébouriffant, Psychotic Beat on attendait avec impatience la prestation des anglais. Et ce même si certains d'entre nous étaient dubitatifs suite à leur passage de 4 à 3 membres. La formule power trio allait elle leur permettre de conserver ce groove imparable qui fait tout le sel de leurs compos ? la réponse est indubitablement oui. La nouvelle formule, plus resserrée leur offre une puissance insoupçonnée tout en conservant une réelle capacité à faire remuer les popotins. Leur prestation remarquable et remarquée restera comme un des moments forts du festival.

video
(saurez-vous reconnaître un éminent blogueur en train de twister admirablement sur ce morceau des Vicars ?)

L'interplateau permet de découvrir le Reverend Beatman, one man band assez charismatique (le mot est faible). Un aperçu de la discographie du monsieur permet de deviner sa chapelle sonore : avec des titres comme "surreal folk blues gospel trash" ou "your favorite position is on your knees" pas besoin de faire un dessin. La prêche fut ahurissante, orchestrée par quelques déflagrations de guitare. Cru, sauvage et donc profondément rock and roll, le show du Reverend Beat Man a converti plus d'un festivalier.
A noter la "battle" improvisée avec un Chicken Diamond décidément partout ce w-e !

The Good The Bad qui succède aux Vicars sur la grande scène a un peu divisé l'assemblée. Si le surf proposé par le trio est de qualité (avec quelques plans de guitare assez hallucinants), les poses des deux guitaristes et des compositions parfois brouillonnes ont pu lasser. Pour autant on leur reconnaîtra suffisamment de talents et un concert qui sans être génial était de relative bonne facture.

video


Les espagnols de Wau Y LOs Arrrghs ! ne sont eux pas venus pour plaisanter avec un garage rock un peu bas du front mais volontaire et diablement efficace. Certainement l'un des concerts les plus violents du w-e qui a antraîné les festivaliers présents dans la fosse dans une suite ininterrompue de pogos. La formule nous est apparut assez répétitive mais exécutée avec une telle fougue et une telle énergie que cela impose le respect.

video


Cette année, le Cosmic Trip a offert la tête d'affiche aux vétérans de A-Bones. Ce qui a de bien dans ce genre de situations c'est que le set se résume souvent à un best of live, ce qui dans le cas des A-Bones nous convient assez bien. Entre garage rock revival sixties et réminiscences fifties, les A-Bones ont offert un set honorable qui termine dignement une quinzième édition du festival de haute tenue cette année.


video

Enfin il convient de saluer le travail remarquable des bénévoles qui se sont démenés tous le w-e pour offrir aux festivaliers un accueil chaleureux. Sans eux le Cosmic Trip ne serait sans doute pas ce qu'il est : un des meilleurs festivals en France.

Frank & Mr Bof

6 commentaires:

  1. "On pensait se rattraper avec les prometteurs Towerbrown malheureusement le set a été gâché par le volume sonore insoutenable...D'ailleurs on a toujours pas compris ce qui s'est passé surtout qu'au même endroit Reverend Beat Man le même jour et Chicken Diamond la veille n'ont pas rencontré le moindre souci." L'explication c'est trés simple, cette salle n'etait pas du tout adapté pour un concert avec batterie (plafond haut, ca résonne, le son tourne...), donc ca passait avec les one man band, mais un peu moins avec Towerbrown ou Massey ferguson. Heureusement, il y en a que ca n'a pas dérangé.

    RépondreSupprimer
  2. Raw Power Mag a tellement été actif durant le week-end qu'Apple vient de mettre en place un système pour empêcher de filmer les concerts :

    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/Apple-d%C3%A9pose-brevet-emp%C3%AAcher-yahoofinancefr-1284240734.html?x=0

    RépondreSupprimer
  3. @ Infrasons : nous on a fait ça avec les moyens du bord :-))
    Par contre, un principe : si un groupe souhaite le retrait de la vidéo, on retire illico !

    @ Towerbrown : bien cool votre EP !

    Frank

    RépondreSupprimer
  4. A moins d'avoir des pouvoirs extra lucides, difficile de reconnaître "l'éminenent blogger" trop dans l'obscurité.
    En revanche, sur la video des Rivals, au premier plan, on reconnaît aisément de dos le fabuleux déhanché d'un blogger aux cheveux longs :)

    RépondreSupprimer
  5. Et pas que de lui d'ailleurs :oops:
    (court se cacher)

    John the revelator

    RépondreSupprimer
  6. Juste un petit mot pour dire que Le Cosmic Trip, quinzième édition qui commençait Jeudi aux Trois Petits Cochons avec The Reapeters, se terminait par un concert (en petit comité) dimanche au B.E, Place Gordaine avec Mexibones (j’en suis), rejoint pour quelques reprises alcoolisées par Charlie de The Megatons. Certes le gros de l’affaire se passait au Palais D’Auron, absolument et sans aucun doute, avec une programmation au combien efficace comme le reflète très bien les comptes-rendus et une ambiance que ne démentent pas les années. Pour connaitre ce festival depuis le premier en tant que simple amateur, barman, rédacteur, dj et cette année au programme avec un orchestre (j’en ai encore le poil hérissé), c’est certain le Cosmic Trip est une histoire d’amitiés (sans copinage), de rock’n’roll (sans concession) et d’un esprit de convivialité. Et ça, ce n’est pas de la petite bière. Vivement l’année prochaine.
    Ben Bornéo
    PS : il aurait fallu succomber à « la couille d’âne », délicieux œuf poché dans le vin rouge.

    RépondreSupprimer