14 juin 2010

Thee Oh Sees - Help (2009) et Warm Slime (2010)

L'émergence de la scène de Brooklyn et le buzz qui a suivi a cela d'agaçant qu'elle en vient à masquer d'autres scènes locales américaines tout aussi passionnantes. Et ce n'est pas peu dire que ça bouge du côté de San Francisco. La scène californienne fait en effet preuve d'un remarquable dynamisme. Ty Segall, Wooden Ships et donc les Thee oh Sees en sont les principaux hérauts. Ce bouillonnement artistique se reflète dans la production discographique de ces différents groupes bien souvent éphémères. D'ailleurs les Thee Oh Sees ne sont à la base qu'un projet parmi d'autres de John Dwyer avant de devenir un groupe permanent.
Les Thee Oh Sees ont sorti la bagatelle de onze albums et six EP depuis 2004 dont 3 albums pour la seule année 2009. Difficile dès lors de suivre avec précision les évolutions du groupe... Et ce d'autant qu'il est assez difficile (et onéreux) de dégôter tous leurs disques. On se contentera donc d'évoquer le remarquable Help (2009) et le tout frais Warm Slime (2010) sorti chez In The Red.
Help est une excellente entrée en matière afin de se familiariser avec l'univers des Thee Oh Sees. Entre envolées bruitistes, distorsions et perles pop façon Syd Barrett, les morceaux des Thee Oh Sees évoquent le croisement improbable entre la noisy de The Hunches et donc les albums solos du premier chanteur de Pink Floyd.
Car même quand il s'agit d'envoyer un morceau pop au refrain inoubliable ("Ruby Go Home")les Thee Oh Sees ne choisissent pas la facilité, étirant le morceau à l'infini comme pour en user tous les artifices. Cette piste est assez représentative du style du groupe où distorsions des guitares et échos dans la voix se partagent la vedette. C'est à la fois ce qui fait le charme du groupe mais aussi ce qui peut en rebuter certains, d'autant que la production resséré (on jurerait que le groupe joue live, ce qui pourrait bien être le cas) renforce le côté artisanale et anarchique du groupe.
Mais une fois ces petits éléments acceptés par l'auditeur, comment se passer de l'écoute des brûlots "Enemy Destruct", "Meat Step Lively" ou des pépites pop "A Flag In The Court" ou "Can You See?" ? Ca touche même à l'excellence avec "Go Meet The Seed" ou l'épileptique "I Can't Get No".
Ce disque remarquable, anti-commercial par essence, ravira celles et ceux qui aiment les ambiances barrées et psychédéliques, les guitares montés en mur du son et les mélodies dépouillées.
Les Thee oh Sees démontraient qu'ils pouvaient jouer dans la cour des grands.
Avec Warm Slime (2010), les Thee Oh Sees poursuivent dans la même veine, sans ne
véritablement rien changer, tout juste peut on noter un son plus lourd, la voix ayant
tendance à se perdre derrière une basse omniprésente.
Le groupe ouvre le disque par un morceau de treize minutes trente ("Warm Slime")... treize minutes de jam épiques, sur lequel le groupe multiplie les breaks et changements de rythme.A faire passer "In A Gadda Da Vida" d'Iron Butterfly pour de la musique de chambre...
Passer ce premier morceau (qui occupe donc toute la première face de l'édition vinyle), on retrouve ce même mélange de mélodies pop, de rock psychédélique et de noisy, le tout servi lo-fi. Toutefois si des pistes comme "Everything Went Black" ou "Castiatic Tackle" sont d'une grande qualité, on sent bien aussi que la formule commence à s'essoufler. Pas au point de se lasser de ces compositions mais quand même. Pour tout dire on atteint pas le niveau de Help qui de surcroît variait plus subtilement les plaisirs. Des pistes comme "Flash Bats" aux vélléités prog, "Mega-Feast" ou MT Work peinent à convaincre.
Ce Warm Slime est donc un album quelque peu bancal qui passé les quatre premiers morceaux ne réussit pas à trouver un second souffle. Pas rédhibitoire mais pas aussi indispensable que son prédecesseur chez In The Red.

Frank

Tracklisting :

Help :
1-Enemy Destruct - 3:19
2-Ruby Go Home - 4:21
3-Meat Step Lively - 2:48
4-A Flag in the Court - 2:02
5-The Turn Around - 1:03
6-Can You See? - 2:34
7-Rainbow - 1:46
8-Go Meet the Seed - 5:51
9-I Can't Get No - 1:58
10-Soda St. #1 - 2:38
11-Destroyed Fortress Reappears - 5:23
12-Peanut Butter Oven - 2:39

Warm Slime :
1- Warm Slime
2- I Was Denied
3- Everything Went Black
4- Castiatic Tackle
5- Flash Bats
6- Mega-feast
7- MT Work


Aucun commentaire:

Publier un commentaire