18 mai 2010

Pterodactyl - Worldwind (2009)

Avec le nom qui est le sien et le ton de la pochette du disque on pourrait crore se retrouver devant un de ces groupes de métal qui pullulaient dans les années 80's. Pourtant le groupe n'a vraiment strictement aucun rapport avec le heavy metal... Les gaillards venus de Brooklyn pratiquent plutôt une sorte de noisy vaguement psychédélique presque tribal par moment ("February"), une sorte de MGMT sous amphétaminesCe Worldwind semble être leur second album bien que l'on est trouvé peu d'informations sur le groupe. C'est la distribution par le label Jagjaguwar de ce disque qui a titillé notre intérêt ainsi que quelques critiques positives glanées ça et là.
Bon, on va pas dire que l'on a été spécialement emballé par le cocktail présenté ici. Car derrière les collages sonores, la surenchère de la section rythmique, l'ambiance pesante que tente de déployer le groupe, on peine à trouver de l'intérêt aux compositions proposées par le groupe. Rien d'infâme, loin de là. Mais disons que l'on a l'impression que le groupe arrive quelque peu après la bataille, bien après The Besnard Lakes et MGMT auquelles le groupe fait immédiatement penser et qui semblent être deux orientations possibles pour le groupe, deux voies entre lesquelles il ne veut (ou peut) pas véritablement choisir. Pourquoi pas d'ailleurs? Mais dans ce cas il aurait fallu des compositions plus tranchantes, plus personnelles et surtout plus imaginatives.

Et c'est un peu dommage car le groupe est capable d'offrir de belles choses. Des pistes comme "Old Clouds", "February", "Lawrence" ou "December" contiennent leur lot de bons moments. Le plus gros inconvénient de ce disque est finalement sa répétitivité, chaque piste conservant un fort lien de parenté avec la précédente, tant mieux pour l'unité mais pour ce qui est de maintenir l'attention de l'auditeur...
Le pire c'est, qu'alors que le groupe a construit sa réputation sur des mélodies bruitistes, les seuls moments où il lâche la bride("Share The Shade" ; "No Sugar") c'est pour servir des compositions passéistes, où Pterodactyl joue au Sonic Youth du pauvre (n'est pas Sonic Youth qui veut...).
Pas grand chose à retenir donc.

Frank


Tracklisting :
1. Rising & Shining
2. First Daze
3. February
4. Share The Shade
5. Old Clouds
6. Easy Pieces
7. Alex
8. Lawrence
9. No Sugar
10. Ghost Facts
11. December
12. One With Everyone


Une vidéo glanée sur le net :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire