10 mars 2009

To Get Her Together - Support Your Local Travel Agent (2008)

Venus de Portland, Oregon, les To Get Her Together semblent avoir inventer une machine à remonter le temps. Leurs albums semblent venir tout droit de la période psychédélique sixties.
Déjà le nom de l'album, référence aux badges LSD qui fleurissaient aux states à l 'époque, dénote clairement leurs sources d'inspiration...
Derrière les To Get Her Together se cache un duo, Jeff Sanger alias Quasar One et Alexa Marmon alias Mrs Dareadorme et ce Support Your Local Travel Agent est leur deuxième album après John See's Lilly sorti en 2007.
Alors c'est sûr pris individuellement les morceaux ne brillent pas forcément par leur originalité, mais c'est là tout le charme de cet album assez improbable qui ne se conçoit que dans sa globalité. Ce disque est en fait un assemblage de 18 petites vignettes (les morceaux ne dépassant que très rarement les trois minutes...), assemblage hétéroclite mélant garage, folk, psychédélisme et expérimentations sonores que l'on croirait sorti de l'esprit torturé d'un Roky Erickson ou d'un Syd Barrett, ce que renforce la voix pleine d'échos. Dans ces moments folk, le groupe rappelle Donovan, mais un Donovan sous acide...
Seuls quelques morceaux ressortent du lot et pourraient s'evisager comme des singles : "She's Haunted", "Oh Candy Shops" ballade désabusée, "Rainy Books" et surtout "Makes You Mine" superbe pièce psychédélique.
Cet album anti-commercial par essence a peu de chance d'arriver jusqu'à nous et pourtant les trouvailles sont nombreuses : les percussions sur "Kings With Rings", le piano de cabaret évoquant Kevin Ayers de "Do You Never" ou l'orgue de "Velavair".
Les morceaux sont parfois entrecoupés d'instrumentaux ne dépassant pas la minute, renforçant l'immersion de l'auditeur dans ce voyage auquel nous convie les TGHT ("Nasagagi Nine" ; "Longing Lullaby" ; "Pebbled Pathway"). L'album s'achève sur "Marbleus Mysteries" instrumental cintré de trois minutes, porté par un harmonium et quelques percussions, laissant l'auditeur désemparé par un tel patchwork musical !
A l'écoute de ce disque, on ne peu s'empêcher de penser à Anton Newcombe, tant les deux membres de TGHT semblent aussi tourmenté que le leader du BJM.
On conseillera donc l'écoute (et l'achat) de ce disque qui malgré ses nombreuses imperfections (production rachitique, quelques morceaux dispensables) distillent des saveurs bien trop rares.
Pour des oreilles averties néanmoins !

Frank

(http://www.myspace.com/togethertogether)

Une vidéo...hallucinante !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire