9 février 2009

The Cavaliers - The Cavaliers (2008)

Produit par Philippe Almosnino (guitariste des Wampas et légende du garage rock français des années 80, au sein des Wanderers si ma mémoire est exacte), ce disque est le premier album de ce groupe parisien, qui sort donc chez Born Bad Records.
The Cavaliers c'est 4 gars tombés dans la marmite du garage surf. Alors que le genre, exclusivement instrumental, peut en rebuter plus d'un, The Cavaliers réussit le tour de force d'enthousiasmer l'auditeur avec de véritables pépites qui ne dépare pas au côté des titres de Dick Dale ou Link Wray : comme sur "Les Cavaliers de l'Apocalypse" ou "La Vague de la Soif" remarquables d'efficacité et de concision. Ici pas de place pour la démonstration, bien que les gars soient techniquement doués (comme l'atteste, entre autres, le jeu de batterie sur "Les Planchistes de Paname") : ce qui compte c'est le fun ! Et du plaisir on en prend à l'écoute de ces dix titres.
Le groupe arrive à varier les tempos contribuant à éviter la monotonie de s'installer. C'est d'ailleurs souvent l'écueil principal à éviter dans ce genre de production et le groupe y arrive à merveille comme sur l'enchaînement entre "Menace sur la Côte" toutes guitares dehors et un "Le Ride Du Jugement Dernier" subtil porté par une très bonne ligne de basse.
D'ailleurs certainement conscients que le genre a ses limites, The Cavaliers ont invité d'autres musiciens à les accompagner sur quelques titres rompant ainsi avec les titres instrumentaux et apportant ainsi une variation bienvenue.
Ainsi sur "Bourreau des Coeurs" c'est Magnetix qui prend le chant rappelant d'ailleurs un certain Johnny Hallyday (on ne hurle pas !) quand il enregistrait en 1962 à Nashville avec la crème des musiciens de studios (Cf : Sings America's Rocking Hits ou le volume 2 des Nashville Sessions), les guitares surf et les hurlements en sus. Les connaisseurs apprécieront.
"Attache Moi" convie les Tu Seras Terriblement Gentille dont on vous avait déjà parlé sur la compil La Féline sur un morceau qui au final sonne très riot grrrl !
"Le Ve Cavalier" qui clôt l'album permet à Philippe Almosnino de croiser le fer avec ses poulains.

Alors bien sûr l'album est court, et les grincheux argueront que ce disque ne révolutionnera pas la musique. Et alors? Après tout ce n'est pas le but de The Cavaliers. Sans prétention et avec une bonne humeur communicative, The Cavaliers ont réussi à faire un bon album assez jouissif qui plaira à tous les amateurs du genre.

Mr Rock

(http://www.myspace.com/calaverascaballeros)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire