6 juillet 2008

Brian Jonestown Massacre – My Bloody Underground (2008)

Depuis le film « Dig » où ils volèrent la vedette au Dandy Warhols, tout le monde connait BJM et son leader fou, le tyrannique Anton Newcombe, responsable de pas moins de 12 albums depuis 1995.. cela impose le respect... jusqu'à aujourd'hui. Si cette suractivité musicale permettait danstirer de très bons morceaux comme en atteste le best of sorti en 2006, on était indulgent sur ces albums foutoirs où le bordel semble être la seule devise. Mais que dire de ce My Bloody Underground à part que toutes les plaisanteries ont une fin? Des idées repompés à droite et à gauche (pêle mèle : Joy Division, 13th Floor Elevator, Pink Floyd, Grateful Dead, Stones...) assemblées n'importe comment, jouées sous des couches de guitares, dans un maelstrom anarchique.
On passe d'un psychédélisme noisy sonnant comme du Tricky « Who cares Why » à 5mn de piano (!) (« We are the niggers of the world »). Alors j'imagine certains criant au génie! Invocant Zappa et Captain Beefheart, Can et Kraftwerk, Suicide et Sonic Youth... Las... je leur répondrais que cela est bien réducteur pour les artistes sus-nommés qui ont souhaité chacun dans leur genre être à l'avant-garde. BJM est-il un groupe d'avant garde? Non simplement le groupe d'un génie cinglé mais qui à l'image d'un Brian Wilson durant les seventies, semble s'être perdu. L'impression que donne le disque c'est d'être en face d'un génie agonisant, ayant perdu la foi et son talent et crachant son dégoût à la face du monde. Alors cela peux plaire on préfèrera jeter un voile publique sur ce suicide musical en règle.
Par contre l'ami Anton a toujours le chic pour trouver des titres ahurissants : « Bring Me The Head of Paul McCartney on Heather Mill's Wooden Peg (Dropping Bombs On The White House) » et « Who's Fucking Pissed In My Well? »
(Mr Rock)

http://www.myspace.com/brianjonestownmassacre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire