16 septembre 2014

Reigning Sound - Shattered (2014)

Pilier de formations comme les Compulsive Gamblers ou les Oblivians, Greg Cartwright prend plaisir depuis 2001 à sortir des albums plus apaisés qu'avec ses autres formations. Abusivement référencé comme un groupe de garage rock, les Reigning Sound sont justement l'occasion pour Cartwright de clamer son amour pour d'autres sonorités que celles qui animent ses autres projets. Ainsi s'il on excepte le radical Too Much Guitar, réplique à ceux qui l'accusait de s'embourgeoiser après la fin des Oblivians, l'histoire des Reigning Sound se résume à des albums que l'on qualifiera de garage pop, mâtiné à l'occasion d'emprunts à d'autres courants musicaux.
En quatre albums (Home For Orphans est une collection d'inédits), le groupe s'est forgé une belle discographie, et un noyau de fans qui attend impatiemment chaque sortie du groupe.
Cinq ans après Love And Curses, Cartwright remet le couvert en s'appuyant sur un nouveau line-up comprenant Mike Catanese (guitare), Benny Trokan (basse), Mikey Post (batterie) et Dave Amels (clavier).
Pour ce cinquième album, le groupe quitte In The Red et Sympathy For The Records pour Merge Records et a enregistré dans les locaux de Daptone Records sous la houlette de Wayne Gordon (Sharon Jones & The Dap Kings). Ce changement n'est ans doute pas étranger à la tonalité de ce Shattered qui suinte la classe par tous les pores. Le nouveau line-up semble particulièrement à l'aise sur les titres plus lents (une majorité de titres) mais sait aussi montrer les muscles quand il s'agit d'accélérer le tempo ("North Cackalacky Girl" ; "My My").

Globalement ce Shattered est un disque mélancolique sur lequel Cartwright se laisse tranquillement aller ("Falling Rain") dévoilant son attrait pour la soul music qu'il incorpore par touches au cocktail habituel ("If You Gotta Leave" ; "In My Dreams" et surtout "I’m Trying (to Be the Man You Need)"). Et si l'alchimie se créé aussi facilement c'est que la voix de Cartwright s'y prête bien volontiers. Il fait partie de ces chanteurs qui ne sont peut être pas les plus doués mais sont précieux par cette capacité à faire passer leurs émotions sans se forcer, le plus naturellement du monde ("You Did Wrong").
Un talent qu'il met au service de très belles compositions comme sur "Never Coming Home", rehaussé de cordes, qui prend des accents zombiesques (ce qui ne surprend pas vraiment de la part d'un groupe qui avait repris "Without You" de Gene Clark) ou sur "Once More" un peu plus loin qui poursuit dans une veine similaire.
Un peu d'americana, de classic rock ("Starting New") ou de R&B à l'ancienne ("Baby It's Too Late") pour compléter le tableau, vous l'aurez compris, ce disque est une franche réussite d'un artiste ô combien attachant.
Un disque à l'ancienne, chaleureux, attachant et brillant.

Frank

Tracklisting :
01. North Cackalacky Girl
02. Never Coming Home
03. Falling Rain
04. If You Gotta Leave
05. You Did Wrong
06. Once More
07. My, My
08. Starting New
09. Baby It’s Too Late
10. In My Dreams
11. I’m Trying (to Be the Man You Need)

Audio et vidéo :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire