16 novembre 2013

Ici & Indépendant - Jean Luc Manet (Camion Blanc)

Ici Et Indépendant qui sort chez Camion Blanc, c'est un recueil d'articles initialement sortis chez Best sous la plume de Jean-Luc Manet. Un Jean-Luc Manet qui a eu le mérite de mener la rubrique du même nom dans ce respectable magazine concurrent dans nos contrées de Rock And Folk.

Cet ouvrage est l'occasion de se replonger dans une époque pas si lointaine où des groupes s'évertuaient à faire de l'hexagone un nouvel eldorado du rock binaire.
Époque où s'agitaient donc, Parabellum, Les Rats, Les Sheriff (groupe à l'énergie scénique incroyable comme en atteste le live, Les deux doigts dans la prise) et autres Ludwig Van 88, l'ouvrage permet surtout d'offrir un éclairage sur les méconnus, la soi disante seconde division qui bien souvent valait autant sinon plus que la première.
Alors certes, on ne coupe pas aux passages obligés sur la Mano Negra, Little Bob ou Treponem Pal.
Mais c'est aussi l'occasion de découvrir ou de redécouvrir des artistes oubliés comme Los Mescaleros ! Qui se souvient encore des Shredded Ermine's venu de la Nièvre ? Des Happy-Drivers ? Du label Gougnaf Mouvement qui a notamment sorti aux côtés de disques de Parabellum le mythique Frenetic Dancing premier EP des Thugs.
L'ouvrage ne se contente pas d'évoquer certains artistes vite rattachés à ce que l'on a appelé un peu rapidement "le rock alternatif français" (quelle idée aussi...), Ici Et Indépendant embrasse tous les courants musicaux de l'époque.

C'est également l'occasion d'évoquer les Thugs que l'on hésitera pas à qualifier de meilleur groupe français de l'époque, mais aussi les magiques Roadrunners menés par Frandol qui joue aujourd'hui au sein des Kitchenmen et qui a d'ailleurs sorti en 2011 un très bon LP, What's Cookin'? (que l'on a oublié de chroniquer d'ailleurs).

Des labels à foison, Gougnaf, mais aussi All Or Nothing, Stop It Baby (qui fait suite au fanzine Tant Qu'il Y Aura du Rock), Eurobond, Squale records, Splif Records, Forbidden Records, Jungle Hop et tant d'autres, menés par d'authentiques pionniers, à une époque où internet n'avait pas encore changé l'ordre des choses pour le meilleur mais aussi souvent pour le pire.
Bien entendu, on y évoque aussi les fanzines dont certains perpétuent encore aujourd'hui la tradition comme Abus Dangereux. On citera pêle mêle et sans être exhaustif des articles consacrés à Go Vegetables Go, Rock Ballad, A Little Bit Of Rockin, Wake Up, Rock Hardi...

On fait également des découvertes comme les marseillais de Wild Child, Parkinson Square dans un registre hardcore ou encore Les Needs dont le Dyin' On Blue Pebbles s'avère un bon cru de garage revival, quand ce ne sont pas des re-découvertes. Il en est ainsi des tourangeaux Unknown Pleasures dont nous avions oublié jusqu'à l'existence (LP Broken Dream) ou des excellents Real Cool Killers de Clermont Ferrand dont le premier album, Black And Wild (1989), fut enregistré par Christophe Sourice (batteur des Thugs). Les Real Cool Killers qui mériteraient une réédition en bonne et due forme de leurs deux premiers albums.

L'ensemble de ces articles, disparate, hétéroclite ne se lit pas comme un ouvrage classique sur le rock. Il nous a d'ailleurs été impossible de conserver une lecture linéaire : il s'agit du genre d'ouvrage dont on se plaît à ouvrir une page au hasard.

Que l'on aime ou pas le style des groupes présentés, Ici Et Indépendant est un instantané, une forme de polaroïd de la scène française de l'époque.
Le style de Manet est simple, concis et direct. A l'image des groupes qu'il chronique, sans fioritures. Pas d'esbrouffe, pas d'effets de manche, pas de posture de poète maudit ou de délires gonzos.
Cela n'en rend la lecture que plus passionnante.

Frank

PS : la couverture est signé Laurent... Manet. Frère de l'auteur et accessoirement bassiste de Ludwig Von 88.



--

Aucun commentaire:

Publier un commentaire