23 juillet 2013

The Future Primitives - Songs We Taught Ourselves (2013)

L'exercice de la reprise est toujours un exercice délicat. En s'attaquant à un classique, vous prenez le risque de vous faire railler par les fans intransigeants, pour avoir osé vous attaquer aux vaches sacrées. Faîtes une reprise fidèle et on vous reprochera votre manque d'audace, sortez des sentiers battus et on vous accusera de trahison en vous conduisant au pilori.
C'est sans doute pour cela que les albums de reprises ont souvent mauvaise presse.

Pourtant, quand on a appris que Casbah Records sortaient en LP l'album de reprises des Future Primitives, on avait de sérieux espoirs d'avoir entre les mains un très bon album. Il faut dire que les sud-africains ont enregistré un premier disque de haute volée (This Here's The Future Primitives) qui montrait la capacité du groupe à dépasser ses influences pour offrir un album rafraichissant. Un disque qui comprenait en outre une reprise révélatrice de ce que le groupe pouvait proposer le long d'un album entier : "Open Up Your Door" de Richard And the Young Lions, bien que fidèle, bénéficiait pleinement du traitement juvénile des Future Primitives pour un lifting réussi !

Pour ce Songs We Taugh Ourselves (vous goûterez nous en sommes sûr la référence), le groupe a choisi un mix de valeurs sûres, de groupes injustement oubliés et de choses nettement plus obscures.
Un tracklisting en forme de concentré d'histoire du rock, dans son versant garage bien sûr.

Ainsi, outre les Captain Beefheart et autre Link Wray sur lesquels on ne reviendra pas, le groupe a choisit de piocher dans une discothèque que l'on imagine impeccable : The Haunted, groupe canadien sixties ; The Index (rien à voir avec un gratte-ciel de Dubaï), groupe de Detroit à la carrière aussi éphémère (~1967-9) qu'ébouriffante de qualité ; The Primitives, groupe tout aussi éphémère composé de Lou Reed et John Cale ; Ralph Nielsen And The Chancellors, obscur groupe dont le "Scream" sorti en 1962 est le genre de pépite qu'aimait exhumer Lux Interior ; Fender IV, premier (?) groupe de Randy Holden, un des plus grands guitaristes sixties ; The Milkshakes de l'inénarrable Billy Childish ; The Spades, groupe de Rory Erickson pré-13th Floor Elevators dont le "We Sell Soul" fut un hit régional ; Children Of Darkness, dont le "She's Mine" était un des temps forts du Back From The Grave vol 4 ; The Human Expression, groupe sixties de L.A qui attendra 1994 pour être enfin dignement compilé ; les inénarrables Mummies, californiens qui ont ravivé la flamme du garage rock en Californie  à la fin des 80's et, toujours à la frontière entre 80's et 90's, les Bo-Weevils, oublié mais passionnant (pour ce que l'on a pu en écouter) combo australien dont on désespère de voir un jour les albums réédités.

Un tracklisting impeccable et une interprétation qui ne l'est pas moins. Si certains titres n'apportent pas grand-chose, balanceront, cyniques, les grincheux ("Zig Zag Wanderer" ?), force est de reconnaître qu'à l'image de leur premier album, les Future primitives font souffler un vent de fraîcheur sur ces morceaux qui seront, pour la plupart, inconnus du plus grand monde. Même quand on connaît ces titres, admettons que le trio s'en sort admirablement.
Treize titres jouissifs qui donnent immanquablement envie d'en savoir plus sur les groupes originaux. Pari gagné serait-on donc tenté de dire.

Frank

Tracklisting :
1    1-2-5 (The Haunted)        
2    Israeli Blues (Index)        
3    Do The Ostrich (The Primitives)        
4    Scream (The Chancellors)        
5    Everybody Up (Fender IV)        
6    Tell Me Where's That Girl (The Milkshakes)        
7    Zig Zag Wanderer (Captain Beefheart)        
8    Rumble (Link Wray)        
9    We Sell Soul (The Spades)        
10    She's Mine (Children Of Darkness)        
11    Love At Psychedelic Velocity (The Human Expression)        
12    The Fly (The Mummies)        
13    Have You Been To Mars (Bo-Weevils)

En écoute ici :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire