15 mai 2012

White Fence - Family Perfume Vol 1 (2012)

Tim Presley est l'artiste d'avril-mai sans aucune discussion possible. En effet, il a proposé en ce mois d'avril pas moins de deux albums, l'un en collaboration avec Ty Segall et l'autre, le premier à sortir, sous le sobriquet de White Fence.
Ce Family Perfume est en fait un double album dont le premier volet "Vol 1" vient de sortir et dont le "Vol 2" sortira en mai et ce, exclusivement en vinyle (la version cd et K7 sortira en même temps que le vol 2 mais reprendra alors les deux volumes). Il s'agit donc là du troisième album de Presley en solo sans ses compagnons de Darker My Love après un premier album homonyme sorti en 2010 et Is Growing Faith en 2011.
L'hyperactivité de la scène californienne n'en finit donc jamais de nous surprendre.

Sur ce nouvel opus rien n'a vraiment changé, toujours le même folk/rock psychédélique, ce même attrait pour les sons de guitares distordus, cette voix nimbée d'échos, tout juste peut-on noter une place plus importante accordée à la fuzz sur quelques titres.

L'enrobage lo-fi rend toujours aussi difficile l'appropriation des morceaux de Presley, même si ici on est plus sur l'abus de filtres que sur un véritable enregistrement lo-fi. Ceci explique qu'il faille un petit temps d'adaptation pour apprécier toutes les saveurs de ce Family Perfume Vol 1. D'ailleurs, c'est quand il laisse sa voix percer derrière l'épaisse brume de ces filtres et qu'il ne recouvre pas cette dernière de fuzz, que Presley révèle tout son talent, ce remarquable don pour les mélodies folk qui font de lui le descendant d'un Donovan par exemple ("Balance Yr Heart", "Hope! (Servatude, I Have No!)" ou Hey! Roman Nose).
Entre pépites psychés digne d'un Barrett (“Take Away Life’s Endless Take” ; "Breath Again"), ritournelles pop aux airs de comptines ("Do You Know Ida No?" écrit par un certain John Dust), des improvisations qui évoquent le temps des expérimentations sous acide ("Down PNX" ; "Soaring, Daily Pique Num.2"), ce Family Perfume résume assez bien les obsessions de Presley. Et puis il y a ces deux titres, "It Will Never Be" soutenu par un harmonica discret, d'une beauté à couper le souffle et le dynamique "Herman Blues"...

Cet album, si on lui laisse le temps de faire son effet, se révèle être son meilleur disque solo à ce jour, certes, sans la fulgurance de certains titres qui émaillaient ses deux précédents efforts, mais avec une plus grande homogénéité. On a enfin l'impression d'avoir affaire à un véritable album et non à des bandes enregistrées dans les sixties, retrouvées dans une malle, au fonds d'un grenier.
Pour autant, et même s'il on attendra la sortie du deuxième volet pour apporter un jugement définitif, ce Family Perfume n'est pas encore l'aboutissement du travail de Presley,  pas encore son chef d'oeuvre. Juste un très bon disque. Ce qui vous en conviendrez est déjà énorme.

Frank

PS : son chef d'oeuvre on en parle bientôt, c'est sa collaboration avec Ty Segall...

Tracklisting :
01. WF FP Intro
02. Swagger Vets & Double Moon
03. Long White Curtain
04. Balance Yr Heart
05. Do You Know Ida Know?
06. Down PNX
07. Take Away Life’s Endless Take
08. Hope! Servitude, I Have No!
09. It Will Never Be
10. Soaring, Daily Pique Number 2
11. A Hermes Blues
12. Hey! Roman Nose
13. Breathe Again
14. Daily Pique



Aucun commentaire:

Publier un commentaire