30 mai 2012

Ty Segall & White Fence - Hair (2012)

Quand on demandait à Eddie Phillips guitariste des Creation, auteurs de l'inoubliable "How Does It Feel To Feel" de décrire leur musique il avait eu cette phrase désormais légendaire "Our music is red...with purple flashes". Cette phrase nous est immédiatement venue à l'esprit quand on a procédé à l'écoute de ce Hair, fruit de la collaboration de quelques unes des fines gâchettes de San Francisco. Car même si seuls Ty Segall et White Fence sont crédités comme auteur, on retrouve en guests Mikal Cronin, Mike Donovan des Sic Alps et Sean Presley, le frère de l'autre qui co-signe "Tongues".
Avec un tel line-up, des références qui fleurent bon le rock psychédélique à la charnière des sixties et des seventies, c'est peu dire que l'on attendait beaucoup de ce disque.

Malgré nos attentes fatalement élevées, on ne pensait pas être aussi surpris du résultat : cet album est un petit chef d'oeuvre. Contrairement à beaucoup de "super groupes" hâtivement construits, l'association de ces personnalités est presque une évidence, et ce bien qu'elle se fasse sur le plus petit dénominateur commun, à savoir l'univers psyché de White Fence. Chaque musicien se fond ici dans le collectif (Ty Segall tient entre autres les fûts et Mikal Cronin la basse sur "Crybaby").
Un disque entre amis qui tire donc le meilleur de chacun d'entre eux. Et on aurait tort de penser que les titres les plus calmes sont l'oeuvre de White Fence et les plus enlevées ceux du Ty car à l'écoute des huit titres présentées ici, on peine à déterminer la part de chacun (pas aidé en cela par des notes de pochette pour le moins laconiques).
Emballé en huit titres et trente minutes environ, on retrouve sur ce disque quelques pistes acid-folk d'excellente tenue, parmi ce qu'à fait de mieux White Fence en solo comme "Time", "(I Can't) Get Around You" ou "The Black Glove/ Rag" qui fait plus qu'évoquer le Donovan d' "Hurdy Gurdy Man" (avant de sérieusement s'exciter sur la fin). Un genre où s'illustre même Segall avec "Easy Rider" qu'il écrit et chante. Placé en début de face B, "Crybaby" aux accents fifties sonne presque de façon incongrue mais s'impose très vite comme un très bon titre.

Et puis comme dans tout chef d'oeuvre, en sus de ces compositions excellentes, il y a ces deux titres extraordinaires, un par face qui font que ce Hair bien plus qu'un excellent disque est un futur classique. En face A c'est "I Am Not A Game", tourbillon sonore, toutes fuzz dehors, porté par une extraordinaire partie de clavier, et en face B, "Scissor People" au gimmick irrésistible, à la partie de guitare inspirée et qui prend sur la fin des allures kraut. Deux réussites incontestables. Des groupes tueraient pour écrire ce genre de pistes que dégainent le duo avec une facilité déconcertante.

Un mot sur la production, parfaite, sans l'abus de filtres qui est la marque de fabrique de White Fence. Ici, point d'effets superflus, on se rapproche plus au niveau du son de Goodbye Bread de Segall ou du Cronin, que de Family Perfume. Et cela n'est pas pour rien dans la réussite d'un tel album.

Vous l'avez compris à la lecture de ces quelques lignes, Hair s'impose comme LE disque de ce début d'année, une réussite à tous points de vue, la preuve si besoin était que cette scène californienne dont on vous rabâche les oreilles depuis quelques années maintenant, regorge de talents comme nulle autre pareille.

Frank

1. Time
2. I Am Not a Game
3. Easy Ryder
4. The Black Glove/Rag
5. Crybaby
6. (I Can’t) Get Around You
7. Scissor People
8. Tongues





et en live ça fait envie aussi :





8 commentaires:

  1. Excellent album ! Tout est réuni : chouette pochette, chansons au poil, son vif et tranchant, pas de remplissage... Et Donovan est dans la liste des remerciements. Classe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Donovan en question c'est Mike Donovan de Sic Alps. :))

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Sont remerciés Dwyer & Donovan, j'aurais du être plus attentif en effet...Pas grave, c'est classe quand même !

      Supprimer
  2. Ouais, peut-être bien le disque de l'année ...
    Sauf si l'album du Ty Segall Band qui sort dans quelques jours est du même tonneau que les 2 super morceaux qui ont filtré jusqu'ici.
    (2 dates en France cet été : Bordeaux et Binic)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai entendu qu'un seul ça à l'air bien furieux :) Et Segall en solo sortira un disque à la rentrée...

      Supprimer
  3. MC5 m'a tuer2 juin 2012 à 13:54

    "l'album du Ty Segall Band qui sort dans quelques jours" Rah purée je l'avais oublié celui-ci! Ils ont fixé une date précise?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normalement c'était prévu pour le 26/06, faut surveiller ça chez In The Red (tout comme la réédition du Reverse Shark Attack du Segall avec Cronin).

      Frank

      Supprimer