21 juin 2011

Woods - Sun & Shade (2011)

Voilà un groupe dont on regrette de ne pas avoir parlé plus tôt. Fleuron du label Woodsist (normal puisque c'est la label de Jeremy Earl leader de The Woods), les Woods ont tout du trésor caché. Il faut dire qu'en terme de talents d'orfèvres pour construire des mélodies chatoyantes le groupe se pose là. Il n'y a guère que les regrettés The Shins pour rivaliser.
Songs of Shame (2009) et surtout At Echo Lake (2010) leurs deux derniers albums avaient permis au groupe de se faire une place à part sur la scène de Brooklyn et nord américaine en général.
Ce Sun & Shade (leur cinquième album depuis 2006) était attendu par certains médias (Pitchfork en autre) comme l'album de la consécration. S'il on doute de sa réussite commerciale (on a cessé de se faire des illusions), artistiquement c'est un coup de maître.

Si l'album comprend 12 titres pour 44 minutes. c'est un peu en trompe l'oeil. En effet deux pistes durent à elles seules 17 minutes et font la démonstration qu'en plus de faire une fixette sur la pop classieuse, les Woods ont un goût prononcé pour les expérimentations krautrock. Ces deux pistes, "Out Of The Eye" et "Sol Y Sombra", d'excellentes factures viennent apporter une variation bienvenue sur ce Sun & Shade en tout point remarquable et surtout s'annoncent en concert comme de formidables morceaux de bravoure.
Pour le reste, tout n'est que ravissement et sous influence west coast évidente, on pense aux Turtles (un groupe à revaloriser et qui vaut mieux que d'en être réduit à "Happy Together"...) mais aussi et surtout aux Byrds.
Les trois premiers titres mettent la barre très haute, les Woods proposant ni plus ni moins que trois morceaux égalant ceux des Byrds première époque. "Pushing Onlys", "Any Other Day" et "Be All Be Easy" (qui n'est pas sans rappeler l'époque où Band Of Horses savait écrire des morceaux...) sont la preuve éclatante du talent de la bande à Jeremy Earl et Jarvis Tavenierene pour pondre de petites merveilles pop/folk faussement naïves au charme immédiat.
Et le pire c'est que le groupe réussit à maintenir ce niveau de qualité tout au long de l'album : "Hand It Out" qui mêle mélodie éthérée et sonorités biscornues en fin de morceau, "To Have In The Home" au riff entêtant, "Who Do I Think I Am", le splendide "What Faces The Sheet" à la construction remarquable...
Seule si on voulait faire la fine bouche "Wouldn't Waste" apparaît un cran en dessous du reste. Et encore cette impression est sûrement dûe au fait que la présence de ce titre sur l'album apparaît incongrue au regard de la coloration west coast des autres pistes.
De même on regrette que "Say Goodbye", vrai-faux morceau qui clôt l'album, n'est pas été remplacé par une piste dans la continuité de "Out Of The Eye" ou "Sol Y Sombra" mais là on est plus dans le fantasme du disque parfait (ce qui n'existe pas) que dans la chronique objective d'un disque qui comme vous l'aurez compris est un de nos coup de coeur de l'année.

Gracieux, spontané, d'une grande richesse mélodique, ce Sun & Shade mérite les louanges. Donc à moins d'être sourd...

Frank

1.Pushing Onlys (03:33)
2.Any Other Day (01:57)
3.Be All Be Easy (02:36)
4.Out Of The Eye (07:10)
5.Hand It Out (03:10)
6.To Have In The Home (02:47)
7.Sol Y Sombra (09:38)
8.Wouldn’t Waste (02:38)
9.Who Do I Think I Am (02:49)
10.What Faces The Sheet (02:11)
11.White Out (03:55)
12.Say Goodbye (01:52)

Myspace : http://www.myspace.com/woodsfamilyband
Deezer : http://www.deezer.com/fr/#music/woods/sun-and-shade-1136031
Grooveshark : http://grooveshark.com/#/album/Sun+And+Shade/6306528

Vidéos :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire