11 mai 2011

Ian Hunter - Mott 1972, A Travers l'Amerique Avec Mott The Hoople

Mott 1972 – A travers l'Amérique avec Mott The Hoople, c'est un journal. Le journal d'une tournée hivernale aux Etats Unis pour Mott The Hoople qui ne bénéficie pas encore de l'aura qui sied à ce groupe essentiel. On vit donc au jour le jour les pérégrinations du groupe. Cet exercice aurait pu pour le lecteur s'avéré laborieux, au final c'est juste passionnant.
La fluidité de l'écriture facilite l'immersion du lecteur, à tel point que l'on a l'impression de suivre le groupe en tournée, d'être à leurs côtés sur Sunset Boulevard à LA, sur la 8e Avenue à New York ou sur la Dr Martin Luther King Drive à St Louis. On assiste presque en spectateur au concert de Jethro Tull et Roxy Music au Madison Square Garden sans oublier le passage à Graceland dans l'espoir d'apercevoir le King en personne, le seul et unique Dude aux yeux de Ian Hunter.

Mais ce qui surprend le plus à la lecture de cet ouvrage, et explique en partie sa réussite, c'est l'humilité et la sincérité dont fait preuve Ian Hunter.
De la sincérité car il livre un descriptif lucide de ce qu'est la vie d'un groupe de rock au début des seventies, surtout quand on ne s'appelle pas les Rolling Stones, rappelant ainsi que les groupes qui n'avaient pas encore connu la célébrité (ce qui est le cas de Mott The Hoople au moment de la tournée) vivaient au jour le jour, un cachet lui permettant de manger et de se rendre au concert suivant.
De la lucidité, il en faut également pour annoncer de but en blanc : « Je dirais que la presse est largement responsable de toute cette dramatisation autour de la musique. Pour moi, on est rien qu'une bande de gamins dépassés par les enjeux, et qui font ce qui leur vient naturellement. Je suis surtout reconnaissant de ne pas avoir à pointer à l'usine comme une bonne partie de mes potes moins chanceux ».
Un Ian Hunter, donc, qui livre ses souvenirs sans omissions et sans travestir la réalité. Sans fard et sans paillettes est-on tenté de dire. Un Mott The Hoople qui s'avère être un groupe extrêmement relax, cool, et dont les aventures n'auraient pas de quoi alimenter les Contes de la folie ordinaire de ce cher Bukowski.


Les galeries de personnage se succèdent dans des descriptions sporadiques, drôles et surtout à mille lieux de ce que le grand cirque rock and roll en a gardé d'eux : Tony Defries, Iggy, Keith Moon, Alvin Lee, Noël Redding, Sly Stone, Zappa, Brian Ferry (« ressemble à Presley déguisé en Dracula ») Bowie bien sûr (qui à l'époque travaille sur ce qui deviendra Aladin Sane)...
Mais même si ces passages sont souvent amusants, l'intérêt est ailleurs, et réside naturellement dans la description même de la tournée.
On rit ainsi de bon coeur quand le groupe cherche à se débarrasser de groupies trop laides, se demandant « où sont les starlettes », où quand Ian Hunter évoque l'état de ses boyaux sur la route (sic)...
Mais on découvre aussi tous les menus détails de la vie quotidienne du groupe : visite guidée de l'usine Martin un fabricant de guitares acoustiques (l'ouvrage recèle de nombreux passages dans les échoppes à la recherche de guitares mythiques à bon marché), un Ian Hunter qui se met au régime sans bières pour ne plus voir son bide dépasser de son pantalon, les avions annulés obligeant le groupe à des trajets interminables en bus pour rejoindre le lieu du futur concert, les hôtels bons marchés, les concerts foireux, les petites guerres en coulisses entre les différents groupes pour déterminer qui jouera et dans quel ordre...

Ce livre devrait être lu par tous les groupes de rock and roll et livre une très belle leçon en faisant la démonstration que rien n'est acquis et surtout que le succès n'est que la conséquence d'un dur labeur.

L'occasion aussi pour Ian Hunter de livrer quelques phrases bien senties (« les jeunes et les vieux sont les gens les plus beaux de la terre, c'est tous ces connards entre qui m'inquiètent ») tout en délivrant des sentences aussi définitives que lucides. Morceaux choisis. Sur le glam rock naissant, il évoque le « glam rock tapette », précisant en comparant avec Bowie « j'ai l'impression qu'aucun de ces groupes n'a vu David sur scène avant ce soir. David c'est David : quand il monte sur scène, il est complètement naturel, et son show tient parfaitement la route. Il ne fait pas semblant, ça non, il endosse un pardessus. Il est le seul qui s'en sortira, parce qu'il est lui même et qu'il est talentueux. Voir des artistes ordinaires se faire passer pour extraordinaires, voilà la grande escroquerie » ou sur le jazz rock « des sons indifférenciés et des boeufs interminables sur deux accords, joués par des musiciens brillants mais complètement paumés ».

Ian Hunter donne tout au long de cet ouvrage l'image d'un homme qui sait parfaitement d'où il vient, qui goûte chaque jour son bonheur, qui respecte ses fans. On connaissait l'artiste, on découvre l'homme : un personnage réellement attachant. Un ouvrage dont la lecture apparaît indispensable à tout amateur de rock.

Le mot de la fin on le lui laisse :
« Nous ne sommes peut être pas des génies en tant que groupe de rock and roll mais il y a des gens qui nous aiment, et je leur en suis reconnaissant, je ne l'oublierai jamais »

Frank




Aucun commentaire:

Publier un commentaire