5 juin 2010

Davila 666 - S/T (2008)

Venus de Puerto Rico, les Davila 666 sont en train de se doter d'une sérieuse réputation outre-Atlantique grâce à des tournées épiques notamment en première partie des Dirtbombs ou des Black Lips (avec lesquels ils ont de nombreux points communs). A l'instar des Ramones les six musiciens du groupe s'affublent tous du nom de Davila et se qualifient eux-mêmes de "Menudo on drugs", ce qui ne manque pas de sel quand on sait que Menudo fut un boy band de Puerto Rico dans lequel s'est révélé un certain Ricky Martin (sic). Signés chez In The Red, leur dernier album leur permet donc de toucher une audience plus large et surtout d'enregistrer une suite à un premier album plein de promesses "sobrement" intitulé Puñales, píldoras y otras formas de entretenerse (2007), titre que l'on pourrait traduire par "couteaux, pilules et autres formes de divertissement" (enfin d'après le dico car mon espagnol est plus qu'approximatif)...
Le groupe envoie la sauce tout au long des quatorzes pistes qui composent ce disque au son lo-fi. Multipliant les ambiances, piochant ci et là dans tous les courants du rock, le tout est mis au service de compositions catchy à l'ambiance gentiment foutraque. Le chant en espagnol, systématiquement doublé, est loin d'être un problème comme le savent les afficionados des groupes sixties sud américains et au contraire donnent une touche exotique loin d'être désagréable à l'ensemble. Ce disque bien qu'il ne vise pas, tout comme ceux des Black Lips, à révolutionner le monde du rock and roll est de ceux qui s'écoutent sans arrière pensée, une bière à la main, en faisant fi du lendemain.
Et puis des pistes comme "La Ciudad" aux guitares glam, "Dimelo Ya" qui fait écho aux Strange Boys, le speedé "Calleyon" (qui se trouvait déjà sur le premier album), "No Puedo Ver", "El Lobo" et "Nueva Localizacion" sont le genre de morceaux qui s'incrustent durablement dans nos esgourdes, pourtant blasés en terme de garage rock déglingué.
Alors c'est sûr tout n'est pas parfait, certaines pistes ne présentent pas grand intérêt mais comme pour les Black Lips c'est le prix à payer pour déguster des compos de la qualité de celles sus-cités. Du rock and roll bas du front certes mais hautement addictif. Du plaisir simple en somme.

Frank

(http://www.myspace.com/davila666)


1. Lobo
2. Basura
3. Bla Bla Bla
4. Dímelo Ya
5. Tú
6. Oh Baby
7. Muy Chistoso
8. Callejón
9. Ciudad
10. Quizás
11. No Puedo Ver
12. No Quiero
13. 9:36 (Puto)
14. Nueva Localización





Aucun commentaire:

Publier un commentaire