21 mai 2010

The Strange Boys - And Girls Club (2009) & Be Brave (2010)

Il fallait bien qu'un jour on se décide à dire deux mots des deux premiers albums des Strange Boys et finir ainsi l'ouvrage entamé par la review de leur excellent concert au Point Ephémère du 08/04 (ici).
Groupe de rock basé à Austin, les Strange Boys déploient un son et un univers assez proche des Black Lips avec lesquels ils partagent le même goût pour un rock frais, percutant, déglingué, désespérément foutraque, avec dans les deux cas un chanteur braillard dont la justesse n'est pas forcément la qualité première... Pourtant la comparaison s'arrêtera là car si les Black Lips orientent leur rock vers des contrées garage, les Strange Boys ont une dimension folk plus affirmée. A tel point d'ailleurs, que le mélange des genres nous avait à la première écoute laissé de marbre. Carrément. Et puis finalement en l'absence de profusion de disques très emballants en ce début d'année, on a eu le temps d'approfondir et de laisser les mélodies des Strange Boys s'insinuer progressivement dans nos esgourdes, y diffuser leurs venins et finalement nous vriller le cerveau au point de nous rendre dépendant de ces compositions hautement addictives.

Le premier album du groupe, And Girls Club, est sans doute le moins abordable du groupe, la faute à une production assez approximative. Le groupe plie l'affaire en trente cinq minutes pour seize morceaux. Autrement dit c'est sans fioritures et bien souvent brillant notamment dans ses deux premiers tiers. Avec des titres de morceaux aussi délicieusement stupides et ironiques que le sont les paroles des morceaux, on prend beaucoup de plaisir tout au long de l'album, une fois passé les fameuses premières écoutes évoquées plus haut.
La ballade déjantée "Woe Is You And Me", le folk de "They're Bulding Death Camps" (quel titre !) qui reprend le riff de "Subterranean Homesick blues" de Dylan, "Should Have Shot Paul" (Lennon aurait apprécié...), "This Girl Taught Me A Dance", "Heard You Wanna Beat Me Up", l'excellente ballade fifties "No Way For A Slave To Behave", les plus péchues "Poem Part" et "To Turn A Tune Or Two" (évoquant King Khan & BBQ Show) sont autant de titres que l'on conseillera ardemment.
Pour autant le groupe peine sur la fin (en gros les cinq derniers morceaux) à trouver un second souffle. Si les morceaux s'écoutent sans déplaisir, on est quand même loin de la qualité des morceaux précités.
Finalement, on finit par comprendre que l'amateurisme à première vue affiché par le groupe n'est qu'une façade et que derrière le côté potache de leurs compositions se cache de véritables pépites folk rock.
Moins d'un an après la sortie de And Girls Club, le groupe va enfoncer le clou avec ce Be Brave, porté par le single du même nom.
Quittant In The Red pour Rough Trade, le groupe a bénéficié à l'évidence de moyens supérieurs et notamment d'une production à la hauteur de leur talent.
Il en résulte un album plus facile d'accès, nettement plus pop et folk que le précédent, sur lequel plane en permanence l'ombre de Dylan.
Dès l'introductif "I See", harmonica, carillon et chant traînant renvoie à l'auteur de Highway 61 Revisited tout comme "Friday In Paris " à la superbe partie d'orgue et "Dare I Say" renvoie à l'oeuvre sixties du sieur Dylan.
Et quand le groupe ne se fait pas folk il opte pour un pop rock ensoleillé, le splendide "Night Might", "Beetween Us", "Da Da". Les Strange Boys manie toujours l'humour à la perfection ("Laught At Sex, Not Her") et il convient de noter que Ryan Sambol, le chanteur à la voix toujours aussi éraillée, a mis quelque peu de côté son côté braillard pour laisser place à plus de subtilités. Toutefois le côté assez geignard de certaines compositions en fin d'album (décidemment le groupe a quelques difficultés à finir ses albums) peut en agacer plus d'un ("All You Can Hide Inside" ; "The Unsent Letter").
Si ce Be Brave n'est pas la tuerie annoncée, n'éxagérons pas, force est de reconnaître qu'il confirme l'impression laissée avec And Girls Club, celle d'un groupe pétri de talent.
Alors c'est sur on peut regretter que le groupe n'est pas complètement transformé l'essai, selon la formule consacrée, sur cette deuxième livraison. Mais bon au vu de la qualité de la majorité des titres présentés là, on peut bien attendre encore un peu.
Les Strange Boys sont fait pour durer. Du moins on, l'espère.

Frank

(http://www.myspace.com/thestrangeboys)

And Girls Club sur deezer :
http://www.deezer.com/fr/#music/the-strange-boys/the-strange-boys-and-girls-club-404027

Tracklisting :
And Girls Club :
1. Woe Is You And Me
2. They're Building The Death Camps
3. Should Have Shot Paul
4. Mlks
5. This Girl Taught Me A Dance
6. For Lack of a Better Face
7. Heard You Wanna Beat Me Up
8. No Way For a Slave To Behave
9. Poem Party
10. To Turn a Tune or Two
11. Most Things
12. A Man You've Never Known
13. Then
14. Who Needs Who More
15. Probation Blues
16. Death and All The Rest

Be Brave :
1. I See
2. A Walk on the Bleach
3. Be Brave
4. Friday in Paris
5. Between Us
6. Da Da
7. Night Might
8. Dare I Say
9. Laugh at Sex, Not Her
10. All You Can Hide Inside
11. The Unsent Letter
12. You Can't Only Love When You Want To

Quelques vidéos :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire