30 mai 2010

Dead Weather - Sea Of Cowards (2010)

Décidément la bande à Jack White et Alison Mosshart est désireuse d'enfoncer le clou : moins d'un an après la sortie d'un Horehound qui ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable (loin de là...) voilà que le groupe sort un deuxième album intitulé Sea Of Cowards.
Enregistré à Nashville dans le studio de Jack White, ce Sea Of Cowards voit le groupe poursuivre dans la même veine que sur Horehound. Tout juste pourra-t-on constater une ambiance un peu plus noire que sur le précédent opus, et une rythmique et des riffs plus lourds, plus acérés. Plus zeppelinien que jamais quoi. Le groupe semble avoir gagné en cohésion, ça joue plus resserré même si on a clairement l'impression d'écouter une immense jam... interminable.
Car si l'entrée en matière était quelque peu prometteuse avec des pistes comme le puissant "Blue Blood Blues" et ce "Hustle And Cuss" qui prend des accents doorsien par instants par l'irruption de claviers bienvenus. Malheureusement cela ne dure pas. Dès "The Difference Beetween Us" ça se dégrade. Mais qu'est-ce qui les a pris d'introduire des parties de synthés aussi pénibles ? Et pourquoi pas des guitares synthés tant que l'on y est ? Et que dire de ce "I'm Mad" qui semble plus sortir de l'univers torturé d'un Anton Newcombe que de l'esprit d'un White ou d'une Mosshart ? A peine quatre morceaux et on se dit déjà que l'écoute de ce disque va être longue... très longue... Car plus rien ne viendra plus nous faire sortir de notre torpeur, le groupe ressortant les mêmes ingrédients que sur Horehound : grosses guitares, voix de White et Mosshart qui s'entremêlent, breaks et changements de rythmes à l'infini... On a plus l'impression d'écouter du Led Zep du pauvre qu'autre-chose. Même quand le groupe s'aventure sur un terrain légèrement plus bluesy avec "I Can't Hear You" on désespère : le morceau dure 3'30 et pourtant on a l'impression que c'est une éternité.
Pas grand chose à retenir au final, ou si une seule : il serait temps que chacun d'entre eux retournent à leurs groupes respectifs. Finalement ce Sea Of Cowards ne sert qu'à une chose : occuper le terrain et permettre au groupe de prolonger le plaisir qu'ils disent prendre ensemble.
Tant mieux pour eux, nous on en a pris aucun.

Frank

PS : curieusement les morceaux sont d'une autre tenue en live comme en attestent les vidéos publiées ci-après. Et si finalement, le meilleur choix pour le groupe ne serait pas tout simplement un album live finalement plus cohérent avec le principe du groupe ? Quitte à jammer c'est quand même plus cohérent sur scène ?
En tout cas comparez les versions studios avec les versions lives, c'est le jour et la nuit...

Tracklisting :
01. Blue Blood Blues
02. Hustle And Cuss
03. The Difference Between Us
04. I'm Mad
05. Die By The Drop
06. I Can't Hear You
07. Gasoline
08. No Horse
09. Looking At The Invisible Man
10. Jawbreaker
11. Old Mary

Les versions studios sur deezer :
http://www.deezer.com/fr/#music/the-dead-weather/sea-of-cowards-539098

et les mêmes en live :




Même les claviers de "The Difference Between Us" deviennent supportables :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire