22 mars 2009

The Rest - Everyone All At Once (2009)

Bientôt, il faudra faire le bilan des années 2000. Quelles sont les "modes" qui ont dominé le rock de ces années ? Un collectif comme The Rest permet déjà d'y réfléchir, tant il résume et concentre certaines des tendances des années écoulées. Le groupe vient du Canada (Hamilton, Ontario), compte sept membres, a mis en ligne son premier album, va vendre son prochain single, à la pochette faite à la main, en édition limitée et numérotée... Tout est là ! La place de plus en plus grande du Canada sur la planisphère pop, la recrudescence de groupes-tribus, les albums mis à disposition des fans sur internet, le soin apporté aux supports : autant d'éléments qui ont marqué les années 2000, et que l'on retrouve chez Arcade Fire, chez Radiohead...
Mais le groupe d'Adam Bentley ne doit pas être réduit à une simple illustration. Avec Everyone All At Once, The Rest a suffisament d'atout pour s'imposer comme un groupe qui compte. A condition qu'on lui accorde toute son attention... Everyone All At Once en effet demande une écoute attentive, et se déguste lentement. L'album est un sleeper, un album dormant, qui révèle ces qualités écoute après écoute. Mais le jeu en mérite la chandelle ! Les premières mesures du morceau d'ouverture, "Coughing Blood/Fresh Mountain Air", donnent le ton de l'album. Le violoncelle ouvre le morceau avec majesté, la voix haut perchée d'Adam Bentley insuffle quelques accents lyriques, la rythmique serrée empêchent le morceau de sombrer dans l'emphase. "I'm coughing blood/Sanatorium", chante Bentley... Etrange...mais superbe. Qu'est ce que c'est que cette évocation de la tuberculose dans un morceau pop ? On reste médusé, plongé dans une rêverie aux couleurs du XIXème siècle...
Rêverie... On a pu lire ici ou là, pour qualifier la musique de The Rest, le terme de dream-pop. Les mots sont peut-être un peu galvaudés, mais pourquoi pas, après tout ? Bien des morceaux adoptent la logique des songes passant sans crier gare d'une atmosphère à une autre, multipliant les cassures de rythmes, combinant les mélodies. "Apples & Allergie", le premier single, et l'un des sommet de l'album, mêle avec brio les envolées de la pop lyrique aux accent de la soul. Plus loin, "Blossom Babies", démarre comme une petite chanson pop à l'anglaise, mais bascule insensiblement dans des sonorités plus tendues et électriques. Les nostalgiques du shoegazing apprécieront...
Tout au long de l'album, le groupe se plaît à élaborer une musique flottante, privilégiant les ambiances et les atmosphères aux mélodies calibrées. Si les guitares dominent, tantôt claires et cristallines, tantôt plus rêches, il reste suffisamment d'espace pour que banjo, piano et violoncelles s'épanouissent. "Walk On Water (Auspicious Begginings)" pousse à l'extrême l'art de The Rest. Bien que dominés par de somptueuses guitares, le piano et le violoncelle se ménagent quelques éclaircies. Là encore, durant quelques secondes, le morceau va changer totalement : une mélodie aux accents 50's débarque sans prévenir, pour s'évanouir aussitôt.
Avec Adam Bentley, The Rest tient un très bon chanteur. Sa voix, aux accents presque féminins, et son style, volontiers lyrique, rappellent Andrew Montgomery, qui officiât au sein de Geneva. Le style vocal de Bentley est l'un des nombreux atouts de cet excellent groupe.
Aucun doute : Everyone All At Once est une des très bonne surprise de ce début d'année !

Mr. Pop

http://www.myspace.com/therestband

Aucun commentaire:

Publier un commentaire