7 juillet 2008

Windsor For The Derby – How We Lost (2008)

Plusieurs groupes texans sont parvenus à briser les clichés liés à cet Etat américain, traditionnellement associé à une imagerie stéréotypée de rock graisseux qui colle aux doigts (la faute aux ZZ Top, probablement). Pourtant, cette région du monde mérite également d'être connue pour produire de façon plus ou moins régulière des groupes passablement barrés (tels les hallucinants Lift to Experience) qui échappent à toute tentative de classification traditionnelle.
Windsor for the Derby fait partie de cette petite famille, et nous offre un album empreint d'inspirations variées, mariées dans une cohérence parfaitement logique, au final. Le groupe établit ainsi une jonction on ne peut plus naturelle entre Joy Division (prédominant sur le crépusculaire « Let Go ») et New Order (le côté clair sur « Fallen Off The Earth » et « Forgotten ») et va un peu plus loin : les rythmes binaires et mélodies ambient propres aux deux groupes sont le ciment de cet album sur plusieurs morceaux. Comme si ces ingrédients pour le moins riches ne suffisaient pas, Windsor for the Derby s'offre également le luxe d'associer les ambiances éthérées de la dance britanique avec des vocaux hérités de la tradition chorale des Beach Boys.
On obtient ainsi une folk pastorale jouée sur le rythme martial et hypnothique des groupes de la Factory, tel le psyché-folk « What we Want », digne du Beta Band sous acides, ou encore un « Maladies » qui contaminerait un dance-floor par sa rythmique irrésistible et ses sons de guitare eighties imparables. « Troubles », traversé de sons de guitares lancinants et gémissants, constitue l'un des deux intermèdes « post-rock » de l'album avec l'electronica liquide entêtante de « Robin Robinette ». « Hold On », martelé par la même rythmique obsédante, s'enrichit de guitares et de choeurs incroyablement harmonieux, tout comme le splendide « Good Things », morceau baigné par une mélodie obsédante et sensiblement torturée. L'oeuvre se conclut par « Spirit Fade » , pièce pop plus traditionnellement américaine , mais irrésistible.
Un album surprenant et fort agréable, très américain par sa fraîcheur et son aspiration à couvrir les grands espace, baigné d'une subtile influence britannique inattendue. En voilà, une bonne surprise pour cet été ...
(http://www.myspace.com/windsorforthederby)

(Mr Indie)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire