6 juillet 2008

Les Shades - Le Meurtre De Vénus (2008)

De la « fameuse » scène rock parisienne les Shades font partie avec les Second Sex, de ceux dont on attendait énormément. Personnellement j'avais laissé les Shades un soir d'Avant Scène au Nouveau Casino où ils m'avaient donné l'impression d'avoir le cul entre deux chaises : ne sachant pas choisir entre punk rock dans la lignée des Libertines et des vélléités glam seventies que l'apport de leur organiste leur permet. C'est donc sans rien en attendre qu'on insère cette galette (dix euros au passage, bel argument de vente...).
Après l'intro instrumental « A l'aube » on découvre... un autre groupe... fini le punk rock mais aussi le volet glam! « Venus » nous donne l'impression d'écouter du Daniel Darc avec néanmoins une rythmique qui cogne. L'impression se poursuit avec un « De marbre » porté par un clavier très Burgalat (qui produit l'album). Alors qu'en dire? Passé la surprise, on est tour à tour charmé et les morceaux deviennent très vite addictifs. En fait le groupe réussit ce qu'aucun n'avait réussi avant eux : marier le meilleur d'une pop racée et française (Darc, Daho), des éléments indie (Pavement), et un rock sans concessions... Et ça marche comme en atteste un « L'enfant Prodige » clinquant ou un « Judie » sur lequel plane l'ombre d'un Gainsbourg. Le groupe avait sorti une poignée de 45T et comptait deux morceaux rageurs : « Orage Mécanique » et « Le prix à payer ». Ces deux morceaux présents sur l'album n'ont absolument plus rien à voir avec les versions singles. Ainsi sur « Orage Mécanique », le tempo s'est ralenti, les touches de clavier accentués et le solo de guitare de mi-morceau remplacé par des violons avant que le groupe ne lache la bride et retrouve toute sa hargne. De même « Le prix à payer » semble plus lent, moins réussi dans sa première partie, mais qui va crescendo pour finalement s'imposer comme un de leur meilleur morceau. Le reste de l'album est également très bon même si tout n'est pas une réussite comme les sonorités superflues sur « La détente » ou le pont incongru sur « Le Temps presse ». Mais pour un premier album c'est un coup de maître, pas l'album qu'on pouvait s'attendre à écouter mais qui séduit justement par son originalité.
Séduit Mr Rock? Complètement!
(Mr Rock)

http://www.myspace.com/lesshades

Aucun commentaire:

Publier un commentaire