16 octobre 2013

His Electro Blue Voice - Ruthless Sperm (2013)

Il est fort probable que le nom d'His Electro Blue Voice ne vous dise pas grand chose. Pourtant, leur premier album est tout simplement LE disque nihiliste de l'année : éructations héritées du hardcore, dynamique krautrock, guitares noisy sont quelques uns des ingrédients du cocktail abrasif proposé par le groupe. A l'écoute, on a immédiatement pensé aux regrettés Hunches avec lesquels ils partagent de nombreux points communs, si ce n'est musicalement du moins dans l'approche. La pochette (quelqu'un a vomi ses spaghettis en studio ?) et le titre du disque (Ruthless Sperm, quand même) sont à l'avenant et raccord avec la tonalité du disque.

Sorti chez Sub Pop, rien ne laissait prédisposer qu'His Electro Blue Voice soit un groupe ... italien ! Habitué à une scène garage rock assez vivace, on ignorait que de l'autre côté des Alpes se terrait un tel groupe ! Trio composé de Francesco Mariani, de la bassiste Claudia Manili et du batteur Andrea Napoli, His Electro Blue Voice offre un disque certes quelques peu éprouvant mais toujours passionnant. Ruthless Sperm fait ainsi partie de ces disques qui, par leur intransigeance, leur côté over the top, marquent durablement l'auditeur. Ce disque, vous l'adorerez ou le détesterez, il n'y aura pas de demi-mesure.

D'entrée de jeu, Ruthless Sperm propose un "Death Climb" surchargé en larsens qui a le mérite de mettre dans l'ambiance. S'ensuit un "Spit Dirt" détonnant, notre morceau favori, s'étalant sur plus de huit minutes, qui commence comme un trip krautrock avant de virer à mi-chemin au délire space rock avec des sons de synthés étranges. Un titre bluffant, dont on peine à croire qu'il s'agit à l'arrivée du même morceau !
Intelligemment, le groupe ne mise pas uniquement sur les changements de rythmes ou la furia sonore pour convaincre. His Electro Blue Voice conserve ainsi suffisamment d'éléments mélodiques pour éviter tout mal de tête inopiné : "Sea Bug" sonne ainsi comme le meilleur des années 90 tandis que "The Path", en mettant en sourdine les aspects les plus noisy, dévoile un groupe qui a plus d'une corde à son arc en incorporant quelques sonorités électroniques et des éléments propre au shoegaze. "Born / Tired" continue sur le mode revival 90's, du moins c'est ce que l'on croyait avant qu'une nouvelle fois le groupe réussisse le contre pied parfait en se faisant plus atmosphérique.
Le disque s'achève sur "Red Earth", sorte de transe qui évoque du Joy Division joué au ralenti.

Viscéral, ambitieux et intrigant (le terme de séminal serait mal venu étant donné le titre de l'album), le cocktail proposé par His Electro Blue Voice sur ce Ruthless Sperm est un régal pour celles et ceux en manquent de déflagrations.

Frank
Tracklisting :
1. Death Climb
2. Spit Dirt
3. Sea Bug
4. Tumor
5. The Path
6. Born Tired
7. Red Earth

Audio et vidéo :







Aucun commentaire:

Publier un commentaire