5 mars 2013

Wall Of Death - Main Obsessions (2012)

Si vous vous demandez à quoi peut bien ressembler un conte de fées rock and roll, on ne peut que vous conseiller d'allez poser la question aux Wall Of Death.
Une première partie pour les Black Angels, un excellent feeling avec les texans qui tombent sous le charme des frenchies et un embarquement pour leur tournée européenne ! L'histoire, si elle s'était arrêtée là aurait déjà été extraordinaire. Mais non. Cerise sur le gâteau, les Black Angels les emmènent jouer à l'Austin Psych Fest et leur proposent d'enregistrer leur album chez eux. Magique.

Inutile de préciser que musicalement on est très proche de Passover et Directions To See A Ghost... mais là où les Wall Of Death surprennent, c'est que le cocktail proposé ne s'arrête pas à cela. Les Wall Of Death ne sont pas un clone français des Black Angels, heureusement. Le groupe à d'autres atouts dans sa manche et n'hésite pas à brouiller les pistes en incorporant certains éléments propre au shoegaze anglais qui donne ce son sec, ces guitares plus cisaillantes, cette raideur parfois à l'ensemble. Ce n'est pas pour rien que certains titres peuvent évoquer le Brian Jonestown Massacre ou les Warlocks dans ce qu'ils ont de plus noir : les Wall Of Death biberonnent aux mêmes influences. Dans ces conditions, la solennité dans la voix que l'on peut trouver un peu trop christique par instants est en fait pleine d'a propos et renforce le caractère trippant de la musique.

Bande son d'un road movie shamanique en plein désert, les compositions de ce Main Obsessions méritent que l'on prenne le temps de les laisser infuser, de faire leur oeuvre, et que l'on omettent ci et là quelques tics un peu trop "à la manière de" qui ne rebuteront que celles et ceux qui refusent de voir l'essentiel : pour un premier album, les Wall Of Death s'en sortent plus qu'honorablement. Brillamment même, très souvent.
C'est bien beau d'enregistrer avec le producteur des Black Angels, dans leur studio, mais c'est quand même mieux quand on a le potentiel pour écrire de super morceaux. C'est le cas des Wall Of Death qui sortent un premier album bluffant. Continuez les gars !

Frank

En écoute ici :


2 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte!
    je peux confirmer après écoutes répétées: excellent album.
    J'ai hâte de les voir défendre leur bébé sur scène la semaine prochaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et Camera en première partie!

      Supprimer