3 avril 2011

Pains Of Being Pure At Heart - Belong (2011)

La prestation (remarquable) de Ty Segall l'an dernier, les disques de Male Bonding ou Surfer Blood, étaient tous annonciateurs du retour en force des années 90. S'il on en est pas, comble de l'horreur, à ressortir chemises de bucherons et tignasse délavée, force est de constater que le phénomène prend de l'ampleur (la chronique du En Route pour Seattle prend tous son sens du coup...).
A ce titre les Pains Of Being Pure At Heart ne prennent pas au dépourvu, ayant annoncé lors d'interview vouloir s'orienter vers les chemins autrefois usités par les Smashing Pumpkins. La nouvelle ne nous a que peu emballé, non que l'on déteste les Smashing Pumpkins (loin de là, malgré son côté boursouflé Mellon Collie recèle de réelles pépites) mais on se demandait comment la mayonnaise allait prendre.
Et effectivement, Belong marque un tournant dans la discographie du groupe, exit le côté Smiths qui donnait tout son sel aux compositions de leur premier album éponyme et bienvenue aux riffs de guitares acérés.
Alors attention le groupe conserve son don pour les mélodies chaloupées et les choeurs évanescents, mais tout cela est présenté dans un enrobage passéiste, à grands renforts donc de rythmiques pesantes.
Remarquez pour ce faire ils ont fait appel pour le mixage à Flood et Alan Moulder qui ont déjà officié pour My Bloody Valentine, Nine Inch Nails ou justement Smashing Pumpkins (bon en même temps Flood si je ne m'abuse à mixer du U2 aussi)...
Le résultat est assez surprenant, et le son 90's loin de sonner daté, donne un charme certain à ce Belong, une amplitude dans le son qui sied très bien à ces nouveaux morceaux.
Et puis leur écriture semble s'être affirmé et confirme donc tout le bien que l'on pensait à l'époque des POBPAH.
"Belong", "Heart In Your Heartbreak", "My Terrible Friends" ou "Even In Dreams" marquent l'auditeur et reste en mémoire bien après que le disque ne se soit arrêté.
Bon on admet que parfois l'ensemble tourne à la figure de style ("Anne With An E" qui évoque furieusement les Raveonettes ou le Jesus & Mary Chain de Darklands ce qui en soit est la même chose) mais c'est fait avec un tel talent que l'on ne va pas faire la fine bouche.
Et disons le franchement on a pris un vrai plaisir (coupable?) à l'écoute de ce Belong. Tout simplement parce que dans le genre le disque vaut mieux que la plupart des disques sortis dans le même genre dans les années quatre vingt dix. Et ça c'est déjà énorme en soit.
Maintenant est-ce un grand disque ? Non il faut en convenir, surtout la deuxième partie du disque nettement inférieure, mais il ravive des souvenirs aux trentenaires que nous sommes et offre une vision très embellie de ce qui a marqué notre adolescence.

Trois possibilités donc :
1) le genre vous horripile et vous passerez votre chemin
2) vous êtes un afficionado du genre, ne jurez que par ce son si particulier des 90's et vous allez adoré ce disque
3) Le son des années 90's vous en avez assez soupé (mon cas) mais vous êtes amateur de jolies mélodies et de compositions savamment troussées? Il y a de fortes chances que vous craquiez pour ce disque qui à défaut d'inventer quoique ce soit, montre un groupe talentueux capable de se renouveler à défaut de réellement confirmer.

Frank

Tracklisting :
1. Belong

2. Heaven’s Gonna Happen Now

3. Heart In Your Heartbreak

4. The Body
5. Anne With An E
6. Even In Dreams

7. My Terrible Friend

8. Girl Of 1000 Dreams
9. Too Tough

10. Strange


L'album est en écoute intégrale sur le site du groupe :
http://www.thepainsofbeingpureatheart.com/music/

Quelques vidéos :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire