21 septembre 2010

Fantômas - The Director's Cut (2001)

Je connais bien Mike Patton. Enfin, je ne connais pas trop sa musique. Mr Bungle est trop cinglé pour moi. Je n'ai jamais trop pris le temps d'écouter Faith No More...Non, je ne peux pas dire que je connaisse bien sa musique. En revanche, je connais l'Homme. Et c'est un mec bien. Il faut le savoir.
On s'est retrouvé côte à côte lors d'un match des Lakers, un soir à L.A. (victoire fantastique contre les Dallas Cowboys soit dit en passant). C'était en...Oh...1999 je dirais. On a tout de suite sympathisé.
Bon, c'est vrai qu'il est un peu « fou fou », il parle beaucoup, très vite, tout le temps...et...il n'aime pas la bière Délirium Tremens (ça ne s'invente pas).
Bref.
Avant de me rencontrer, Mike ne connaissait pas grand chose au septième art. C'était le genre de mec qui achetait un ticket pour aller voir la dernière merde de Sandra Bullock. Quand je me suis rendu compte de ses lacunes, j'ai tout de suite décidé de prendre les choses en main.

Ecoute Mike, que j'lui ai dit. Faut que t'aille voir du cinoche qui saigne de la bidoche (je vous la fait en VF, hein...). J'en ai plein les bollocks de tes films avec Bullock !
Ooh...Tu charries Mr Bof (Il ne m'a jamais appelé par mon prénom. Mais il me tutoyait en anglais). Sandra elle déchire sa race dans Traque Sur Internet.
J'en ai rien à foutre. Tu vas venir chez moi à Nevers dans la Nièvre et je vais te faire bouffer du film culte pendant six mois. Et ensuite...
Ensuite ?
Tu monteras un groupe qui s'appellera Fantômas. Tu feras un premier album dont je n'aurai rien à secouer. Et t'en feras un autre que je chroniquerai dans Rawpowermagazine parce que celui-là, il reprendra les thèmes des grands films que tu auras vus grâce à moi. Ok ?
Ok Mr Bof !

Et c'est comme ça que Mike Patton délivra son excellent Director's Cut en 2001.
Des reprises acérées, plongeant l'auditeur dans une relecture profondément violente et malsaine de ses airs préférés. Écoutons The Godfather : un déferlement de hurlements maniaques, hystérique en diable. On a envie de frapper des enfants en rythme sur les riffs plombants de Cape Fear. Laissons nous envahir par l'atmosphère viscéralement poisseuse de Twin Peaks. Torturons des nains difformes dans l'eau bouillante durant les assauts de Der Golem. Sautons à pieds joints dans une mare d'acide pour éclabousser des petites vieilles impotentes à l'écoute de Rosemary's baby.
Il faut savoir être à l'écoute de ses pulsions si l'on ne veut pas finir avec un ulcère...
The Director's Cut sera un délicieux biscuit pour accompagner le thé empoisonné que vous offrirez à votre meilleur ami.
Merci qui ?
Merci Mike.
Et merci Mr Bof, non ?
Y a pas de quoi.

Mr Bof.

Tracklisting :
1. The Godfather (Nino Rota) – 2:45

2. Der Golem (Karl Ernst Sasse) – 2:38

3. Experiment in Terror (Henry Mancini) – 2:40

4. One Step Beyond (Harry Lubin) – 2:57

5. Night of the Hunter (Remix) (Walter Schumann) – 0:58

6. Cape Fear (Bernard Herrmann) – 1:49

7. Rosemary's Baby (Krzysztof Komeda) – 3:20

8. The Devil Rides Out (Remix) (James Bernard) – 1:37

9. Spider Baby (Ronald Stein) – 2:25

10. The Omen (Ave Satani) (Jerry Goldsmith) – 1:49

11. Henry: Portrait of a Serial Killer (Robert McNaughton) – 3:07

12. Vendetta (John Barry) – 2:03

13. Sans titre – 0:05

14. Investigation of a Citizen Above Suspicion (Ennio Morricone) – 4:00

15. Twin Peaks: Fire Walk With Me (Angelo Badalamenti) – 3:28
16. Charade (Henry Mancini) – 3:04


Quelques vidéos :




2 commentaires:

  1. Avis aux lecteurs : non Mr Bof n'est pas fou juste un peu surmené...

    :-))

    RépondreSupprimer
  2. ...faut bien décompresser...

    RépondreSupprimer