26 juin 2010

Seabear - We Built A Fire (2010)

Il serait un peu réducteur de réduire l'Islande à Bjork. Longtemps cette dernière a masqué une scène islandaise qui ne demandait qu'à être aussi en pleine lumière. Sigur Ros, Sin Fang Bous, Borko ou Fort A Minor Reflection en sont quelques exemples (bon faut aimer le genre...).
Seabear a commencé par être le projet d'un homme : Sindri Már Sigfússon. Ce monsieur avait l'an passé fait faux bond à ses camarades pour enregistrer un album solo sous le nom de Sin Fang Bous (Clangous). Cela explique pourquoi près de trois ans se sont écoulés entre The Ghost That Carried Us Away et We Built A Fire.
The Ghost That Carried Us Away le précédent album des Seabear n'avait pas eu l'écho qu'il méritait, la faute sans doute à une profusion de disques venus d'Islande à sa sortie en 2007. Le groupe se caractérise par un son cotonneux, nappé de cuivres et cordes au service de mélodies folk. La voix de Sindri Már Sigfússon renforçant le côté très éthéré de la musique des Seabear.
Pour ce We Built A Fire on note une volonté d'accentuer ses différents aspects. Au delà de compositions plus acoustiques on sent bien que rien n'est laissé au hasard. Chaque instrument utilisé, et ils sont foison, trouve naturellement sa place dans des pistes aux arrangements complexes malgré la sensation de légèreté, de facilité même qui se dégage de ce We Built A Fire. On hésitera pas à faire le parralèlle avec un Brian Wilson par exemple avec qui Sindri Már Sigfússon semble partager l'amour des mélodies chatoyantes et des arrangements classieux.
Mais un autre groupe vient à l'esprit : les canadiens d'Arcade Fire ou tout du moins un Arcade Fire dépouillé de ses excès. Ce We Built A Fire sonnant comme l'anti-thèse de Neon Bible, disque boursouflé qui partait dans de multiples directions et n'allait nulle part. Avec Seabear pas de soucis à se faire, la destination est connue, le chemin tracé.
C'est d'ailleurs ce qui le distingue aussi de The Ghost That Carried Us Away, plus original, là où We Built A Fire fait preuve d'un grand classicisme. Mais quand c'est fait avec talent on voit pas où est le problème...
"I'll Build You A Fire", "Fire Dies Down", "Wooden Teeth", "Leafmask", "Softship" en sont les plus beaux témoignages.
Preuve que Seabear n'a pas fini de surprendre, l'enjoué "Wolfboy" qui clôt l'album ouvre la porte à un avenir qu'on imagine radieux.
Un disque parfait pour commencer l'été.

Frank

(http://www.myspace.com/seabear)

Tracklisting :
1. Lion Face Boy
2. Fire Dies Down
3. I’ll Build You A Fire
4. Cold Summer
5. Wooden Teeth
6. Leafmask
7. Softship
8. We Fell Of The Roof
9. Warm Blood
10. In Winters Eyes
11. Wolfboy

Quelques vidéos :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire