16 mars 2010

The Besnard Lakes Are The Roaring Night (2010)

Groupe canadien signé sur l'excellent label Jagjaguwar, les Besnard Lakes avaient surpris leur monde en 2007 avec le très bon The Besnard Lakes Are The Dark Horse, mélange de mélodies chères à Brian Wilson , de guitares et d'ambiances lourdes héritées de My Bloody Valentine. Trois ans auront donc été nécessaire au groupe pour proposer ce nouvel opus (le troisième depuis 2003).
A l'écoute des dix pistes composant l'album, on sent que le groupe a mis à profit ce délai pour peaufiner leurs compositions toujours sous influences.
La voix de Jace Lasek est toujours aussi planante, aérienne, d'une rare délicatesse qui renforce la mélancolie se dégageant des morceaux et qui tranche avec la violence souvent sourde tissée par les parties instrumentales.
Rien de bien différent en somme avec Are The Dark Horse ? Pas tout à fait. Premier constat, le groupe prends son temps pour poser ses ambiances, à tel point que parfois on se demande si le morceau va réellement s'emballer.
Ensuite, les guitares moins shoegaze apparaissent plus décomplexées, se permettant même quelques solis ci et là ("Like The Ocean, Like The Innocent Pt 2").
Assez curieusement, l'écoute de ce disque a coïncidé peu ou prou avec la découverte de Lovely Bones et on ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec le nouveau film de Peter Jackson. Si l'héroïne du film, bloquée dans "l'entre deux mondes", aurait pu choisir la bande son qui correspondrait le mieux à ce qu'elle y vit, nul doute qu'elle aurait choisi ce disque.
Comme pour les passages oniriques du film, ces morceaux sont d'une beauté à couper le souffle. Des compositions comme "Chicago Train", "Albatross", "Land Of Living Skies Pt2 : The Living Skies" ou l'excellent "Light Up The Night" dégagent la même puissance émotionnelle et poétique que la scène des bateaux en bouteille s'échouant sur le rivage ou celle de l'effondrement du kiosque à musique.
Toutefois à l'image de ces passages du film, les pistes de ce Are The Roaring Night, en dépit de leur (grande) qualité laisse un sentiment mitigé. Remarquablement écrit, magistralement interprété, ces pistes n'arrivent pourtant pas, malgré l'ambiance installée, à susciter des sentiments durables.
C'est tellement bien agencé, bien construit que l'on ressent une certaine gêne d'être resté à quai, d'être passé à côté d'un disque que d'autres trouveront certainement pour les mêmes raisons , excellent.
Comme pour Lovely Bones en somme...

Frank

(http://www.myspace.com/thebesnardlakes)

Tracklisting :
01-"Like the Ocean, Like the Innocent Pt. 1: The Ocean" - 1:39
02-"Like the Ocean, Like the Innocent Pt. 2: The Innocent" - 7:17
03-"Chicago Train" - 5:18
04-"Albatross" - 4:42
05-"Glass Printer" - 3:54
06-"Land of Living Skies Pt. 1: The Land" - 1:05
07-"Land of Living Skies Pt. 2: The Living Skies" - 5:42
08-"And This Is What We Call Progress" - 5:10
09-"Light Up the Night" - 7:25
10-"The Lonely Moan" - 4:19


Quelques vidéos :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire