12 janvier 2010

Fireball FC - Singles (2009)

Fireball FC n'est pas le nom d'un club de football champêtre rassemblant la population du village pour des dimanche festifs. Encore que festif correspond bien à ce que propose Fireball FC. Non, il s'agit bel et bien d'un groupe pop rock de la région lyonnaise mené par un certain Edward Bouillon.
Le groupe est déjà responsable de deux galettes, Jupiter & Beyond Infinite en 2004 et You'll Never Walk Alone (ça s'invente pas...) en 2006. Ce Singles est donc une compilation des titres des précédents albums, un peu à l'image de ce qu'avait fait The Hives avec Your New Favourite Band. La comparaison s'arrête là, les membres de Fireball FC étant des orfèvres de la mélodie ciselée, naviguant au gré des compositions entre pop et rock, avec pour seuls dénominateurs communs concision et précision.
Le grand talent de Fireball FC est de proposer de petites ritournelles pop, d'une fausse naïveté, enrichies de nombreuses trouvailles, le genre de morceaux qui embellissent un dimanche matin pluvieux (ou neigeux). Les pépites sur ce disque sont nombreuses : "Personne pour moi" où l'on oublie très vite le chant en français pour se laisser bercer par la voix cajoleuse de la chanteuse ; "She's Fine" entre House Of Love et La's où l'alternance des voix masculine et féminine et un clavier entêtant font merveille ; "Technicolor Teenage Party" où se téléscope sax, claviers, guitares et basse dans une ambiance festive ; "Orphan Song" de facture plus classique où le groupe paie son due tant aux Beatles qu'aux Bee Gees des débuts.
Devant tant de classe, il faut en convenir, on est plus que dubitatif au moment d'évoquer l'introductif "I Was Blind" disco-pop nous ramenant aux soirées boules à facettes et surtout cette reprise de "Take On Me" de A-Ha qui nous conforte dans l'idée qu'une cover d'un mauvais morceau, même par un groupe rempli de qualités, n'en fait pas une perle pour autant.
On préfère y voir une blague de potache qu'une véritable faute de goût tant les influences du groupe sont par ailleurs irréprochables. Ainsi le groupe cite pêle mêle : Neil Young, Velvet Underground, Bowie, McCartney, Wings, Pink Floyd et Led Zeppelin.
Car le groupe est également très à l'aise quand il s'agit d'envoyer quelques rock and roll bien sentis. Les membres de Fireball FC ont sans doute tous biberonné les classiques des sixties et seventies.
Des morceaux comme "Saving Me Out" ou "With You" secs et nerveux à souhait sont autant de leçons pour la scène des bébés rokers. Surtout ils font la démonstration que le rock ne se résume pas à une question de volume et que l'on peut marier mélodies et guitares sans sonner variété.
Mention spéciale à "Stax" et ses guitares rageuses, un "Dr Gonzo" à la ligne de basse énorme qui renvoie au meilleur du heavy blues sixties et surtout à ce "Fear Of A Fly" psychédélique à ranger aux côtés des classiques du genre.

Ce disque nous a décontenancé il faut bien le dire par sa liberté de ton tout d'abord car le groupe ne s'interdit rien, par sa richesse ensuite les compositions étant bien plus complexes qu'elles ne le paraissent de prime abord. On pensait également que le plaisir d'écouter ces douze titres diminueraient au fil des écoutes et on se rend compte au final que ce disque n'a rien d'éphémère. Au contraire on finit par se surprendre à remettre le disque régulièrement sur la platine.
Au final on recommande chaudement ce disque qui mérite vraiment que l'on s'y attarde. On regrettera d'autant de ne pas avoir pu pencher plus tôt sur la production discographique du groupe.

Frank


PS : pour les parisiens, le groupe sera en concert à l'International avec également les Rebels Of Tijuana le 30 janvier.

Tracklisting :

1- I Was Blind
2- She's Fine
3- Personne pour moi
4- Swing Me Out
5- Maggie Song
6- With You
7- Take On Me
8- Stax
9- Technicolor Teanage Party
10 - Dr Gonzo
11- Fear Of A Fly
12- Orphan Song





Aucun commentaire:

Publier un commentaire