27 septembre 2009

Simdiese 6 - Simdiese 6

Si les groupes de rock français sont fréquemment mis en avant sur le site de RawpowerMagazine, il est bien plus rare que des artistes fenchies oeuvrant en solo soient chroniqués par nos soins. C'est pourtant le cas ici de Simediese 6, dont le EP éponyme est une curiosité inédite dans notre bel hexagone. En effet, la musique de Simdiese 6 s'aventure sur les chemins rarement empruntés de l'électro-pop.
Mais l'écoute des compositions du musicien nordiste démontre qu'il ne s'agit là d'une singularité parmi d'autres ...

Ainsi, le titre ouvrant l'album, l'excellent In Denial, trahit une influence qui va au-delà de l'acception la plus classique de l'électro-pop. Si la rythmique martiale glaciale, à peine rechauffée par quelques vocaux, tend à évoquer au départ les doux souvenirs du trip-hop façon UNKLE, voire l'abstract hip-hop à la DJ Shadow, des guitares électriques acérées s'imposent rapidement, emplissant l'espace sonore, et faisant de ce morceau un single potentiel percutant !

Suit la ballade Sad Place, où se côtoient piano, guitare et synthétiseur, qui réussit à faire ce que le groupe allemand The Notwist a échoué à reproduire sur son dernier album : un morceau so(m)bre et onirique, invitant l'auditeur à la douceur et au réconfort de la mélancolie.

Le synthétique et bien nommé Brrrrr fait encore passer la température en dessous des normales saisonnières, avec son chant vocodé obsessionnel et son instrumentation électronique minimaliste. L'effet est assez saisissant, et la tension - accentuée par un chant et une rythmique électroniques épileptiques - en devient palpable. Brrrrr souffle le chaud et le froid, provoquant des perturbations durables dans le cerveau de l'auditeur, dignes d'un Radiohead période Kid A/Amnesiac.

Le plus reposant Submersible, sensiblement radioheadien également, avec sa ligne de guitare toute en rondeurs et sa rythmique syncopée, est un morceau folk éthéré qui constitue un intermède fort agréable ...

Maybe accélère le tempo sur une ligne de guitare minimale, martelée par une boîte à rythmes frénétique et cisaillée rageusement par des guitares électriques fuzz tendues. L'écoute de ce morceau, pourtant très différent de Brrrrr, produit sur le cerveau un effet similaire : les sens sont en alerte, et sont bouleversés par le mélange de douceur et de brutalité qui se dégage de ce morceau qui conclut l'album.

En conclusion, ce premier EP constitue une surprise fort agréable, explorant un champ musical trop rare dans le rock français. Simdiese 6 va cependant au-delà des influences évoquées par son minimalisme étonnant, conférant ainsi à ses morceaux une dimension intimiste inédite et très personnelle. L'écoute de ce premier EP laisse augurer de prestations scéniques assez spectaculaires, tant la tension perceptible sur l'album ne peut être que décuplée par sa transposition en live ... ce qu'il sera possible de constater le 3 octobre prochain sur la scène parisienne de La Bellevilloise !


Mr. Indie



Aucun commentaire:

Publier un commentaire