8 septembre 2009

Guttercat & The Milkmen - Pandora's Box (2008)

Groupe parisien né en 2007, Guttercat & The Milkmen est composé de "Guts" Guttercat au chant, Chris Waldo et Lick Lickens aux guitares, Zan Nagat à la basse et Adrian Bang! derrière les fûts. Ils ont sorti l'an passé leur premier album, intitulé Pandora's Box. Voilà pour la (trop) brève présentation. Mais que contient donc cette fameuse boîte de Pandore ? Tout d'abord, ce qui surprend à l'écoute de ce premier album c'est la somme des influences digérées par le groupe : celui-ci désireux de ne pas s'enfermer dans telle ou telle chapelle musicale, brouille les pistes et mâtine son "classic rock" d'influences diverses, glam notamment. On pense au Alice Cooper Band, aux New York Dolls, mais également aux disques d'Iggy Pop (Lust For Life entre autres notamment pour certaines parties de chant). Ces influences font souffler un vent de fraîcheur sur ces compositions qui doivent également autant aux Rolling Stones de Sticky Fingers qu'au courant Paisley Underground (on pense en effet beaucoup à Steve Wynn).
Ensuite, loin d'être un groupe "à la manière de", Guttercat & The Milkmen arrive à apposer sa patte sur des compositions inspirées.
On est d'autant plus emballé par cet album, qu'il est bien rare de trouver dans nos contrées un groupe de rock de grande qualité sorti de la frange garage et punk rock (que l'on adore au demeurant !). Pour faire simple, sorti des Hushpuppies et des regrettés Hellboys, on désespérait quelque peu... Sur une trame classique couplet/refrain, le groupe arrive à retenir l'attention tout au long des 11 titres de l'album. Les guitares, décomplexées, sont à l'honneur sans que tout cela ne vire à la démonstration évitant ainsi l'écueil majeur de ce style de production.
Les leçons des Beatles sont également parfaitement maîtrisées notamment dans les parties vocales et les doublements de voix, conférant un côté classieux à l'ensemble comme sur le splendide "Late Night Blues". Les morceaux font preuve de variété oscillant entre morceaux plus percutant ("Waiting For An Angel" ; "My Shadow" qui évoque les débuts des Hushpuppies ou l'épique "In The Middle Of Nowhere") et morceaux plus apaisés (les superbes accents country de "Ballad Of A Drunk Man", "Angels In Paradise"). Le groupe sait aussi prendre son temps pour poser une ambiance comme sur le lancinant "Friends Are Precious" ou la fausse ballade "Love" qui n'est pas sans rappeler les disques d'americana ou d'indie rock américain.
La force du groupe est aussi de disposer d'une section rythmique carrée et inventive qui permet au groupe de bâtir ses mélodies et aux guitaristes de s'exprimer librement. Il suffit pour cela de s'attarder sur les parties de batterie de "Lonely Tears In The Dark" ou les très bonnes lignes de basse de "Memories" (dont le riff est un décalque de "Get It On" de T-Rex) ou "My Shadow" pour s'en rendre compte.

Au final il faut bien convenir que ce disque nous a franchement emballé. Du début à la fin, les morceaux proposés par Guttercat & The Milkmen nous évoque une époque où le rock n'était pas qu'une histoire de business ou d'érudits mais avant tout une histoire de passionnés. Au gré de nos pérégrinations nocturnes et grâce aussi à internet, on rencontre de nombreux groupes français qui malgré des conditions difficiles arrivent à sortir des disques qui nous surprennent par leurs qualités bien sur, mais aussi par la force de conviction et la foi qui habitent chacun des musiciens. On vous a déjà parlé des Norvins, des Carpet Sellers, de Sheetah & The Weissmuller, on y ajoutera désormais Guttercat & The Milkmen.

Mr Rock

(http://www.myspace.com/guttercatandthemilkmen)

PS : ce disque nous a également foutu un sacré coup de blues, car on a beaucoup pensé aux Hellboys du défunt Nikola Acin. Non dans le style, quoique certaines similitudes se font jour ("Ballad Of A Drunk Man" entre autres) mais dans la façon plus classique d'aborder le rock and roll. D'ailleurs on est à peu près certain que Nikola Acin aurait aimé cet album.

Quelques pistes pour se faire une idée :
Waiting For An Angel :


Late Night Blues :


Lonely Tears In The Dark :


"Ballad Of A Drunk Man" dans une version légèrement différente de l'album :



Aucun commentaire:

Publier un commentaire