9 juin 2009

Greater California - All The Colors (2009)

Originaires de Long Beach en Californie, les Greater California offre un album (produit par Ikey Owens -Mars Volta, Crystal Antlers-) plein de guitares à 12 cordes, d'harmonies vocales à foison, de percussions, de trompettes, d'orgue hammond et de piano... Le tout au service d'une pop ensoleillée, vaguement psychédélique comme une parfaite invitation à un voyage sur la côte ouest entre Los Angeles et San Francisco.
L'album réussit à convoquer les fantômes de ses illustres prédécesseurs (Brian Wilson, Byrds, Buffalo Springfield) sans jamais tomber dans un vain pastiche. Sans doute parce que ces musiciens là ont su aussi capter l'essence de la pop anglaise Beatles, Zombies et Hollies en tête.

L'album provoque tout à la fois nostalgie et optimisme. Nostalgie d'une pop à l'ancienne, que comme d'autres nous vénérons à RawPowerMag' mais qui malheureusement ne trouve pas souvent droit de cité sur les ondes ou dans les colonnes de la presse écrite. Optimisme car ce disque communique un bel enthousiasme à l'auditeur et ce dès la première écoute. Good Vibrations donc.

Dès l'inaugural, "All The Colors", on se retrouve en territoire connu avec une agréable sensation, de celle que l'on peut éprouver en retrouvant un ami perdu de longue date. Le morceau commence par quelques mesures de piano, une batterie qui se met progressivement en place, avant de laisser la part belle à de splendides parties vocales, le tout s'achevant par quelques mesures de trompettes. Superbe. Les guitares en trompe l'oeil de "Them The Downs" ne doivent pas faire illusion : c'est bien de pop classieuse et envoûtante dont il est question sur les dix pistes de cet album hors du temps. La plupart des morceaux sont un ravissement, comprenant ça et là de petites trouvailles qui font la différence : l'orgue discret de "Five Senses", les gimmicks de "The Foolish Son" qui fait écho aux Beatles de "The Fool On The Hill"...
La référence aux Beatles est encore plus palpable sur "It's Great", longue pièce hypnotique de près de sept minutes, aux parties de sitar excellentes sur laquelle le groupe dévoile ses goûts pour la musique indienne. On avait rarement écouté mélange si réussi de pop et de musique indienne depuis Kula Shaker. D'ailleurs le groupe poursuit dans la même veine avec le très psychédélique "Charmer" avant de revenir vers des choses plus classiques sur "The Disappering".
Le groupe s'essouffle un peu sur la fin avec un "Almost Sunshine" qui ne convainc pas complètement, l'instrumental "Pacific Ave. Corridor" et le poussif "The Soft Lights".

Toutefois ces quelques défauts ne doivent pas masquer les qualités de ce All The Colors. Avec ce qu'il faut de mélodies langoureuses et de compositions se prêtant merveilleusement à rêvasser, on tient un album parfait pour l 'été.

Frank

(http://www.myspace.com/greatercalifornia)

Tracklisting :
1. All The Colors
2. Them The Downs
3. Five Senses
4. The Foolish Son
5. It's Great
6. Charmer
7. The Disappearing
8. Almost Sunshine
9. Pacific Ave. Corridor
10. The Soft Lights

Quelques vidéos :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire