14 mai 2009

The Sleepover Disaster - Hover (2009)

The Sleepover Disaster est un groupe surprenant à plus d'un titre. Tout d'abord nous avons affaire à un groupe qui existe depuis maintenant douze ans, celui-ci s'étant formé en 1997 ! Et ce disque semble être leur deuxième album après un premier opus en 2004, Loud Is The New Quiet et un EP en 2005, The Oceanographer. Pourtant il aura fallu attendre 2009 pour en entendre parlé dans nos contrées (merci myspace !).
Ensuite, surprenant le groupe l'est par le style de musique proposé ici à savoir du shoegaze. A l'image des Pains Of Being Pure At Heart ou de A Place To Bury Strangers de l'autre côté des Etats Unis (le groupe est californien), The Sleepover Disaster voue un culte à ce genre né dans le sud de l'Angleterre à la fin des années 80's.
Une nouvelle fois les groupes américains reprennent le flambeau d'un genre délaissé outre-manche et démontrent la vivacité de la scène rock de l'autre côté de l'Atlantique.
Tout comme les Pains Of Being Pure At Heart, le groupe mâtine son shoegaze d'influences pop (à l'image de ce qu'a pu faire un groupe américain comme The Lilys).
Partant de là, on aurait été déçu de passer à côté de ce disque tant les 9 pièces qui le compose sont du meilleur goût pour tout amateur de Jesus & Mary Chain entre autres.
"Friend" qui ouvre l'album est un de ces morceaux magiques qui deviennent un classique dès la première écoute, splendide morceau où les guitares grondent en arrière plan laissant la part belle au chant très mélodieux de Luke Giffen. L'ensemble évoquant également les Smiths alors que "Code Breaker" de facture plus classique rappelle Slowdive. Le groupe alterne des morceaux aux ambiances très éthérées avec des pistes aux tempos plus rythmés ("Funnel Cloud" ; "Tremble") voire noisy ("On A Sunday").
Toutefois le groupe n'en oublie jamais de soigner ses mélodies, prenant son temps pour soigner ses morceaux et développer à chaque fois une ambiance particulière ("Dark Star" ; "Make You Sing").
Le groupe sort même des sentiers battus sur "Songwriting For Dummies" longue pièce de 8', très contemplatif, qui monte progressivement en puissance.

Malgré son classicisme, on ne s'ennuie guère, Hover est un bon album, de ceux que l'on écoutera encore dans quelques années, compensant son manque d'originalité par une rare qualité mélodique.

Mr Rock

(http://www.myspace.com/thesleepoverdisaster)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire