7 juillet 2008

The Mabuses - Antoine Loyer - The Sleeping Years (Café de la Danse - 21/05/08)

Comment faire pour emmener avec soi sa copine à un concert quand elle ne partage pas les mêmes goûts pour la "musique du diable"? Tout d'abord l'amener à s'inscrire sur tous les sites spécialisés où on peut gagner des places (comme il n'y a que des filles qui gagnent vos chances ont multipliées), lorsque son nom est tiré au sort l'amener sur le site myspace du groupe en question et ne lui faire écouter que les morceaux abordables, faire preuve de persuasion et lui dire combien vous êtes heureux d'être avec quelqu'un qui a autant de chance (la flatterie ça marche toujours). Si vous vous débrouillez bien c'est dans la poche!
Fier de son coup, direction donc le Café de la Danse pour le retour sur scène (et sur disque) des Mabuses après 15 ans d'absence.
Décidant d'éviter Antoine Loyer et de privilégier The Sleeping Years en première partie, on se pointe vers 20h... Las... contrairement à ce qui était indiqué les deux sont inversés... Résultat : seuls 4 morceaux de The Sleeping Years à se mettre sous la dent. Dommage car Dale Grundle (ex-Catchers) est assez doué malgré l'approche minimaliste, puisqu'il se présente seul à la guitare acoustique accompagné d'une charmante demoiselle, Michelle So, au violoncelle.
The Sleeping Years propose de très jolies mélodies graciles, un véritable ravissement pour les oreilles. A noter que leur premier opus vient de sortir, chez Talitres label bordelais...
Pour les anti-James Blunt, à écouter d'urgence! (http://www.myspace.com/thesleepingyears)
Puis vient Antoine Loyer... de la chanson française avec le sieur Loyer à la guitare acoustique accompagné d'un musicien jouant sur des djambés des sonorités indiennes... Paroles incompréhensibles ("donner un couteau à un homme vous en ferez un singe, la boule est pleine de larmes"), jeu approximatif... qu'en dire? On a l'impression d'avoir assisté au mieux à l'équivalent musical d'un film de Paul Préboist ou au pire à s'imaginer être le gars dans SAW obligé de se scier une jambe pour espérer s'échapper... et que dire du dernier morceau où les deux compères se lancent dans de l'impro (du moins on espère) où on a l'impression que les paroles sont inventées au fur et à mesure. Bon on va dire que l'on est méchant... allez faire un tour sur myspace... et jugez par vous mêmes... (http://www.myspace.com/antoineloyer)
Après cet authentique supplice pour tous les amateurs de pop et de rock, on se dit que The Mabuses n'aura aucun mal à nous faire oublier ce désastre. Malheureusement malgré le plaisir évident du groupe à jouer, ces derniers n'ont pas été véritablement aidés : batterie et basse dominant les autres instruments rendant inaudibles le violon et le piano et même les guitares !... et que dire des voix en retrait à tel point qu'à moins d'être dans les tous premiers rangs on ne saisissait pas le moindre mot... Après 5 morceaux on commença à pouvoir distinguer les instruments et seul le dernier tiers du concert nous permit d'entendre plus distinctement la voix de Kim Fahi. Enfin quel dommage pour un groupe aux mélodies complexes, qui se présente à 7 sur scène d'être ainsi massacré... De plus par instants des retours de larsens viennent nous vriller les oreilles... Navrant. Et quand en plus en plein milieu du concert, on nous projette 5 minutes de la finale de la Ligue des Champions, il y a de quoi halluciner...
En conclusion, un concert où on est heureux d'être invité !
(http://www.myspace.com/themabuses - site de fans du 1er album)
(http://www.themabuses.com - vous pourrez y écouter en streaming l'intégralité du dernier album)
(Mr Rock)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire